Après l’article d’hier, j’ai décidé de continuer sur les idées et plus généralement l’apprentissage car après tout c’est le domaine dans lequel j’opère. Dans l’école où j’enseigne nous faisons une grande différence entre la mémorisation et la pensée. La différence tient dans ces mots « knowledge » (connaissances) et « critical thinking » (la pensée critique).

Il ne faut pas s’y tromper, transformer les connaissances en compétences n’est pas un processus simple. Je suis intimement convaincu que tout le monde peut apprendre à le faire mais que certaines personnes ont été plus gâtées que d’autres a leur naissances.  Ce processus s’appelle l’entéléchie et d’après ce que je peux en observer chez nos jeunes apprenants il n’est pas facile de mettre en place ce « critical thinking ».

La raison principale tient dans ces deux mots : « c’est difficile ». Effectivement apprendre ne requiert qu’une partie de nos compétences mentales. Apprendre se base sur la mémorisation, ceux qui ont compris cela réussissent en général très bien dans les systèmes scolaires…et dans les entreprises. En effet la grande majorité des employés ne sont pas payés pour penser, on peut leur dire le contraire mais les faits sont là, ils doivent appliquer et ne surtout pas penser. En conséquence il faut se rendre à l’évidence, l’école fait très bien cette partie importante de son travail. Elle forme des exécutifs qui exécuteront et ne rechigneront pas a la tache.

Dans ce cadre idéale, il y a un problème, apprendre ne suffit plus. Je ne dis pas que ce n’est plus nécessaire, je dis que cela ne suffit plus. Pourquoi ? Parce que de nos jours, c’est une qualité bien trop répandue. De part mon travail ici en Oman, je rencontre beaucoup de nationalités et très sincèrement j’ai du me rendre a l’évidence. En tant que français on est nul à apprendre. Notre capacité de mémorisation est vraiment en berne en comparaison de certains Indiens par exemple. Pourquoi ? Parce que leur système scolaire est presque TOTALEMENT basé sur la mémorisation. Pour réussir dans leur système scolaire il faut être capable de mémoriser bien plus et bien plus vite que dans le notre.

Ce que je peux voir également, ce sont les dégâts d’un système presque entièrement basé sur la mémorisation. Les dégâts ? Oui les dégâts. Un tel système forme des personnes qui ont vraiment du mal avec le concept d’initiative, j’y vois aussi des personnes qui ne comprennent pas lorsque leurs hiérarchies (non indienne la plupart du temps) les reprend pour ne pas avoir « réfléchis » et appliquer « bêtement » des ordres qui effectivement demandés a être appliqués mais…intelligemment.

Mon but est d’ici mettre en évidence cette vérité : apprendre ne veut pas dire avoir des idées. Les idées, j’irais même jusqu’a dire innover ne vient de l’apprentissage. Tout simplement parce que l’apprentissage et l’accumulation de connaissances ne fait pas fonctionner notre cerveau de manière créative. Apprendre fait appel a une seule partie de notre cerveau, une partie qui chez certains commencent sérieusement a s’hypertrophier au désavantage des autres compétences mentales. Avoir des idées innovantes veut dire créer ! Et pour créer on ne peut plus se contenter de copier le voisin, on doit sublimer la création du voisin.

Mohamed MOURAS

semeunacte[at]gmail.com

Mon twitter, Ma page facebook

Credit: acecphotos