Ceci est la deuxième partie d’un article commencé ici

En matière de Leadership, il y a des erreurs facilement évitable… pour peu qu’on les connaisse. Je continue donc la liste que j’avais commencé dans l’article précédent.

Ceci est la deuxième partie d’un article commencé ici :

11. Vous ne prenez pas le temps d’expliquer vos choix et décisions. Pourquoi ? Parce que vous ne savez probablement même pas pourquoi vous faites ce que vous faites ! Ce qui est plus ou moins clair pour vous peut (et est très certainement) confus pour un autre. La solution ? Prenez le temps d’expliquer les tenants et les aboutissants de votre démarche (sans toutefois vous justifier)

12. Vous traitez les employés comme des chiffres pour deux raisons opposées. La première, vous ne faites pas dans le social ! La seconde, vous voulez vous protéger intérieurement contre des décisions qui parfois vous pèsent. Sans vouloir juger, sachez juste que les gens ont à cœur les intérêts de celles et ceux qui les ont à cœur.

13. Vous punissez les erreurs, toutes les erreurs. La conséquence est immédiate, pour éviter d’être puni, il ne faut plus prendre aucun risque. Une société dans laquelle ses femmes et ses hommes n’innovent jamais est une société condamné à mourir. La solution ? Surprenez les gens en train de bien faire au lieu du contraire. Bondissez sur eux et dites-leur votre satisfaction. Ils sauront quel comportement reproduire.

14. Vos procédures sont trop complexes, trop rigides. Elles finissent par étouffer toute créativité. La solution ? Laissez de la marge à vos collaborateurs. Oui, ils feront des erreurs… et pour la solution, vous vous référerez au numéro 13.

15. Vous n’écoutez que le son de votre propre voix. Les voix discordantes n’émanent que de gens qui ne comprennent pas votre génie. Etes-vous le genre à commencer vos phrases par « oui, mais… » ou « non, mais… ». La solution ? Evitez le mot « mais », c’est radical !

16. Vous ne prenez jamais en compte le climat intérieur de vos collaborateurs. Il faut que tout le monde soit à 100% tout le temps. La solution ? Si vous êtes à 100% tout le temps, agissez comme bon vous semble. Si vous avez compris que ma phrase précédente était ironique, merci d’agir avec mesure lorsque vous sentez que la personne en face est dans une mauvaise journée. (si elle connait 4 mauvais jours sur 5 alors c’est différent)

17. Vous êtes frustrant quand vous êtes loin et énervant lorsque vous êtes à coté. Résister à la pression vous est plus facile lorsque vous la relâcher sur autrui. La solution ? Plus vous êtes sous pression, moins votre voix doit s’élever. J’ai eu une patronne comme ça, notre respect pour elle était sans faille.

18. Vous avez du mal à reconnaitre que pour réussir, il faut avoir eu le gout du succès. Certaines personnes ne savent pas ce que c’est que de réussir, ils n’en ont pas l’habitude. Ce ne sont pas des loosers, on ne leur à juste jamais demandé plus que la moyenne. La solution ? Ecrivez vos attentes, donnez les moyens d’y arriver et corrigez en cours de route. Soyez clair sur le fait que la moyenne ne vous intéresse pas !

19. Vous ne savez pas dire Merci ! Ce qu’autrui fait pour vous, c’est normal parce que… 100 000 (bonnes ou mauvaises) raisons. C’est peut-être vrai, c’est normal. La solution ? Si vous n’aimez pas qu’on vous dise merci, aucun problème. Si vous avez remarqué que j’étais ironique, merci de lubrifier vos relations sociales avec le strict minimum de politesse.

20. Vous ne savez pas reconnaitre le talent. Pire vous n’acceptez pas qu’on vous le fasse remarquer. La solution ? Mesurez à quel point votre incapacité à impacter vos RH en faisant intervenir des avis extérieurs, ou alors vous faire à l’idée que vous n’avez rien à faire en tant que Leader.

21. Votre climat intérieur influe trop sur votre comportement de tous les jours. Vous êtes qualifiés de lunatique. La solution ? Réaliser qu’il est très difficile pour vos collaborateurs de performer quand vos standards changent tous les jours ou presque. Vous en rendre compte va déjà atténuer les symptômes. Changer prend du temps, mais la décision de changer, elle, ne prend qu’une seconde !

Est-ce que vous vivez quotidiennement avec des managers qui exhibent certains de ces comportements ?