Beaucoup de choses se sont passés en 2013 et comme je l’ai fait pour les années précédentes, j’ai choisi d’être honnête et de faire 2 articles. Le premier est celui-ci c’est un bilan de 2013 et le second sera à propos de mes projets 2014. Il paraitra dans quelques jours.

Mais commençons par le commencement :

Bonne Année à Vous :-)

J’ai pris l’habitude de souhaiter des vœux un peu originaux et je pense que je vais continuer la tradition. Je vous souhaite donc une merveilleuse année 2014 pleine de fausses surprises et de vraies joies. En m’observant ainsi que les gens autour de moi, y compris bien sûr celles et ceux qui disent aimer les surprises, je me suis aperçu que tout le monde ment ! Personne n’aime les surprises dont il ne connaît pas le contenu, en conséquence, je vous souhaite un tas de fausses surprises.

 Merci

Comme tous les ans là aussi je rends grâce aux lectrices et lecteurs de ce blog. Cette année, en regardant tous les chiffres, je me suis aperçu que plus de 150 000 personnes ont visité ma petite échoppe numérique.

 Je tiens à le répéter : 150 000 personnes sont venus me lire… WOW

Je suis un provincial et ma petite ville compte moins de 13 000 habitants en tout et pour tout… ce qui, avant de lire ce nombre me paraissait beaucoup. Aujourd’hui, je n’arrive même pas à imaginer ce que font 150 000 âmes l’une à côté de l’autre sur un grand terrain vague.

Par contre je sais une chose : je suis rempli de gratitude envers ces femmes et ces hommes… envers vous qui êtes en train de lire ces mots en fait. Je vous dis merci de me prêter cette attention. Merci de me prêter assez d’importance au point de vous arrêter parfois plusieurs fois dans une semaine pour lire mes articles.

J’espère vous avoir aidé en 2013 et je compte bien remettre le couvert en 2014. Les choses vont changer mais ce sera plus une évolution qu’une révolution. Celles et ceux qui ont aimé ce qu’ils ont découvert les années d’avant seront ravi de continuer à me suivre, les autres… j’ai arrêté de penser aux autres.

Toujours insatisfait, oui mais…

L’une des pires maladies dont vous puissiez souffrir s’appelle « l’insatisfaction ». Je le sais parce que j’en souffre… et chez moi elle est chronique. Rien ne me suffit et j’en veux toujours plus. Le domaine importe peu, personnel ou professionnel, il m’en faut toujours un peu plus. C’est un mensonge que je me raconte car dès que j’ai un peu plus, eh bien j’en veux encore plus.

Récemment je me suis aperçu de pire. Ce qui me fait vraiment plaisir, le sentiment qui me met vraiment le moral n’est pas tant l’atteinte de mon objectif… que le sentiment éprouvé pendant la bataille pour atteindre mon objectif. Cette découverte est lourde de conséquence. Si je suis bien souvent dans la merde, c’est parce que je n’ai pas vraiment envie d’en sortir, j’ai plus envie de me battre et d’apprécier le combat pour en sortir. Bien entendu, cela veut dire que j’aurais souvent tendance à me créer des problèmes « de nulle part » juste pour pouvoir éprouvé ce sentiment particulier.

En passant, j’ai découvert cette vérité dans le livre Les 5 Blessures Qui Empêchent d’Etre Soi-Même de Lise Bourbeau. Le livre est assez rébarbatif dans la forme mais il est fantastique pour apprendre à se connaître. Je vous le conseille vivement.

La méthode PEPS

L’une de mes lubies est de trouver des acronymes afin de pouvoir me remémorer certaines choses importantes assez souvent dans une journée. Et j’ai développé ce que j’appelle la méthode PEPS puis son dérivé G.PEPS afin de travailler sur mon insatisfaction perpétuelle. Si vous lisez mes projets 2013, vous verrez que j’en parlais déjà avec véhémence.

Alors qu’est ce que la méthode PEPS ? Paix Equanimité Prospérité Santé, le G est à prononcé J (comme en anglais parce que je suis super cool… malgré ce qu’en dit mon petit Jebril). Il fait référence à la Gratitude. Alors pourquoi ces mots en particulier, outre le fait qu’il me fallait des mots qui s’intègrent à un acronyme aussi cool.

Gratitude : c’est l’antidote à l’insatisfaction. Dire merci de vive voix et réaliser tout ce qu’on a déjà permet de remettre les choses à leurs places.

Paix : c’est ce à quoi j’aspire au plus profond de moi-même, en fait c’est ce à quoi nous aspirons tous, être en paix avec soi-même et avec les autres.

Equanimité : c’est l’indifférence sans le côté blasé et avec beaucoup de compassion. Les paroles et les situations me touchent parfois beaucoup trop. J’en perds mon contrôle et je prends de mauvaises décisions. Etre équanime c’est regarder les situations se dérouler avec détachement et bienveillance.

Prospérité : nous voulons tous être en paix… mais être en paix dans une Porsche, c’est quand même plus sympa.

Santé : celle dont j’ai manqué cette année et dont je réalise qu’en réalité elle prévaut à toutes les autres. En mauvaise santé, tout devient plus difficile, voir impossible. Aujourd’hui, 6 mois après mes deux interventions sur ma vésicule biliaire et mes voies hépatiques, je vais mieux.

Un mal pour un bien puisque, j’ai perdu 20 kilos, repris en main mon alimentation et ai beaucoup réfléchi sur mon avenir et celui de mes activités numériques.

Ce que j’ai réussi

Au contraire de 2012, j’ai réussi à garder en permanence ces objectifs en tête grâce à un petit système tout simple et diablement efficace. Si je vois écris 12 :12 ou 16 :16 par exemple sur mon horloge c’est un déclic qui me rappelle de prendre 15 secondes pour dire cette prière :

Seigneur accorde nous le G.PEPS, la Gratitude, la Paix, l’Equanimité et la Santé, le G.PEPS ! Accorde nous d’être les instruments de Ta Volonté Divine et de faire de grande chose dans cette vie et dans la prochaine.

Le tout prend moins de 15 secondes à prononcer, à voix haute ou basse peu importe tant que c’est fait. J’ai pu donc garder mes objectifs de vie en tête pendant toute l’année.

Ce que j’ai raté

Avoir ces objectifs de vie en tête ne veut pas forcément dire les réussir. Et même si clairement je me sens plus en paix fin 2013 que je ne l’étais fin 2012, je ne peux pas me dire que j’ai fait tout ce que j’avais à faire.

J’éprouve plus de Gratitude et plus facilement pour ce que j’ai… et ce que je n’ai pas. J’éprouve aussi plus de Gratitude pour ce que je suis car je comprends que j’ai des qualités. Mais je continue à être très critique envers ma personne bien plus que je ne peux l’être face à autrui.

Au niveau familial

Pas de nouveau bébé… non je déconne mon troisième garçon devrait débarquer d’ici un mois :)

Nous avons déménagé pour avoir une chambre en plus mais mon appartement ressemble toujours à Bangui en Centrafrique. 2 garçons en bas-âge et un père en bas-âge aussi sont la raison de ce bordel sans nom. Ma femme étant enceinte, il lui est difficile de nous surveiller tout le temps, donc on fait ce qu’on veut !

Un sentiment s’est dévoilé au cours de cette année : la déception et je pense qu’il est extrêmement dangereux pour la suite. Un enfant ne peut pas exprimer clairement ce qu’il ressent mais s’il est déçu de votre comportement ou de vos mots à son égard, votre famille court un grave péril. Pire encore, s’il lit la déception dans vos yeux, et même si vous ne l’exprimez pas à voix haute, vous courrez à la catastrophe.

C’est l’une des ramifications de l’insatisfaction. En effet, j’en demande beaucoup à mon premier, et quand il n’arrive pas à combler mes espoirs, je ne peux m’empêcher de sentir une pointe (ou une cuillère parfois) de déception. Je l’aime toujours plus que je ne pourrais jamais m’aimer mais il y a cette émotion noire qui gâche le tableau.

L’antidote, là aussi, s’appelle Gratitude. Quand je ressens cette déception, j’essaie le plus rapidement d’inverser la vapeur en me focalisant sur la chance que j’ai d’avoir de si bons garçons, ce qui est d’ailleurs totalement vrai. Si vous lisez ces mots un jour mes enfants, sachez que je suis fier de vous et ma déception vient de moi et pas de vous, c’est à moi de travailler dessus. Je vous aime plus bas que la terre et plus haut que le ciel et le soleil !

Mon mot de l’année 2014

En 2013, j’ai « commencé une tradition »… attendez… peut-on vraiment dire qu’on « commence une tradition ?? ». Nous dirons que oui ! Elle est simple, chaque année veut que je me concentre sur un mot et qu’il m’accompagne durant 365 jours. L’année dernière il s’agissait du mot « Equanimité », et voici comment je l’ai définit il y a un an de cela : rester stable, ne plus se laisser embarquer par ses réactions mécaniques et prévisibles, refuser de continuer à jouer le jeu des montagnes russes émotionnelles.

L’équanimité entrepreneuriale

C’était aussi important pour moi. Il s’agissait pour moi de me détacher du résultat de mes actions tant que j’ai la certitude d’avoir fait de mon mieux.

Comme je l’ai dit précédemment, réussir à garder son objectif en tête pendant un an ne veut pas forcément dire réussir l’objectif en question. Je peux raisonnablement dire que j’ai travaillé sur ces montagnes russes émotionnelles, mais elles sont toujours là. Dans le domaine professionnel, c’est la même chose. Je suis rarement satisfait du résultat que j’obtiens, et pourtant je vois rarement ce que j’aurais pu faire de plus.

Du coup, je reconduis mon mot de l’année 2013 (oui j’ai le droit de faire ça avec cette nouvelle tradition). Aujourd’hui au niveau émotionnel, c’est ce que je souhaite acquérir plus que tout. Et cela, y compris parce que je sais que mes problèmes de santé sont liés « au fait de se faire de la bile »… sinon pourquoi m’aurait-on enlever la vésicule biliaire :)

Kindle baby, Kindle !

Je vais être très clair pour celles et ceux qui attendent un bilan de mon activité chiffrée. Je les comprends, je fais la même chose chez d’autres blogueurs. Et bien voici un chiffre : j’ai vendu 6500 livres en un an sur la plateforme Amazon Kindle. Ce qui veut dire qu’aucune activité d’aucune sorte ne m’a rapporté autant que mes livres.

Au jour où je vous parle, j’ai 10 livres et 2 livrets en vente sur la plateforme. Au jour où je vous parle, je n’ai toujours pas changé mon prix de décembre 2013 et tous mes livres sont à 1€ pièce. C’était une façon pour moi de grimper dans les premières places au moment de noël tout en faisant un cadeau à mes lectrices et mes lecteurs.

C’est aujourd’hui le conseil que je donne à tous les blogueurs sérieux. Attention, je dis « blogueurs sérieux » car je parle uniquement à celles et ceux qui savent écrire au moins 500 mots par jour. L’activité Kindle est pour moi bien plus rentable que le blogging. C’est LA raison pour laquelle je conseille à tous les blogueurs de faire un calcul simple : combien vous rapporterait un livre en un mois sur Kindle et combien vous rapporte votre blog en un mois ?

Si vous ne pouvez pas le savoir parce que vous n’avez de livres à vendre chez Amazon, alors mettez-vous au travail. J’ai même écris un livre que vous pouvez retrouver en cliquant ici sur le succès Kindle et après 38 commentaires et une moyenne de 4 étoiles sur 5, j’ai tendance à penser qu’il peut vraiment vous aider.

Kobo ? iBooks ? Autre chose ?

C’est l’une des choses que je n’ai pas faites en 2013, mettre mes livres en vente sur d’autres plateformes. Non, en fait il serait plus juste de dire que j’ai publié sur Kobo mais pour un résultat catastrophique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, sur la totalité des mois de présence de mes livres j’ai vendu 20 bouquins en tout et pour tout sur Kobo.

Je ne sais pas très bien à quoi c’est dû mais les résultats parlant d’eux-mêmes, j’ai décidé de retirer tout bonnement tous mes livres de Kobo. Le site (côté auteur, pas côté lecteur) marche une fois sur deux. Il est pénible comme pas possible… même s’il est en théorie plus simple à utiliser que le KDP d’Amazon.

L’autre raison pour laquelle, j’ai retiré mes livres est la suivante : Amazon vous enlève du programme KDP Select si vous êtes présent ailleurs. C’est un programme qui permet le prêt de bouquin entre lecteurs contre rémunération de la part d’Amazon. L’autre inconvénient est la période de gratuité/promotion qu’on perd dès qu’on est inscrit sur une autre plateforme. Pourquoi mettre ses livres gratuitement pendant 5 jours me direz-vous ? Eh bien parce que ça booste mécaniquement les ventes lors du retour au mode payant.

Ce que j’ai réussi avec mes blogs

L’année dernière avait été l’occasion pour moi de multiplier les blogs, en plus de SemeUnActe et LesLecturesDeLiyah qui sont de loin nos vaisseaux amiraux à ma femme et moi, nous avons lancé :

SimpleDad.fr (un blog de Papa pour les Papas). C’est là désormais que je parle de mes activités de Mari et Père. C’est aussi une plateforme déstiné à la promotion de mes livres dédiés au couples etc.

SimpleMom.fr (un blog de Maman pour les Mamans). Ma femme devait s’en occuper… il m’est retombé sur les bras mdr. J’ai décidé de relancer la formule en 2014, vous pouvez y aller pour voir de quoi il s’agit.

iShift.fr (Anglais pour Cadres et Dirigeants). Il s’agit de mon activité de formateur en anglais. Comme je l’ai dit, il faut aller chercher l’argent là où il est, du coup j’ai mis en place ces cours et formations destinés à un public professionnel.

Le résultat est assez mitigé. L’éparpillement n’est jamais une bonne chose sauf si on sait pourquoi on s’éparpille. Ici, clairement je l’ai fait par espoir que ça marcherait mais ça n’a pas marché comme je l’aurais voulu. Ce ne sont pas des échecs complets mais pas des réussites pour autant.

 Et le passage à MAC ?

J’ai ri en lisant mon article bilan de l’année dernière. J’écrivais que je venais de m’acheter un iMac 20 pouces avec uniquement l’argent de mes activités entrepreneuriales. Je n’étais pas peu fier alors. Du coup je continue cette année en confirmant que je suis entièrement passé à la Pomme.

J’ai acheté un 24 pouces et un portable 15 pouces depuis… et oui la légende s’est avérée vrai. On ne réalise la différence entre les 2 systèmes qu’une fois passé chez Apple. Bref, un an plus tard je ris en voyant que j’avais écrit ça en public mais cela n’est qu’une preuve de plus, s’il en fallait, que les choses matérielles vont et viennent. Ce qui peut paraître fantastique un jour, peut en réalité très vite devenir un objet du quotidien, monotone.

Et les vacances ?

Eh non ! Pas de vacances cette année 2013, ni en Algérie, ni ailleurs. Le fait est que ma femme est enceinte et nous n’avons voulu courir aucun risque. Nous sommes donc restés sagement en France et nous avons déménagé. Une petite partie de l’argent est partie pour le déménagement mais aujourd’hui la grande majorité est encore là et nous allons pouvoir passer à la prochaine étape de notre voyage entrepreneurial… ensemble, ma femme, une amie très chère et moi !

Vous saurez (presque) tout dans l’article Projets 2014 qui suivra celui-ci et encore bonne année et meilleurs voeux à vous toutes et vous tous qui ont eu le courage d’arriver jusqu’ici :)

satisfaction merci bilan