comment savoir si je suis fait pour la vie a letranger semeunacte

Scène typique en Inde et ne déconnez pas avec la bête, elle est sacrée en Inde ^^

« Ok mais tu comprends bien que tout le monde ne peut/veut pas s’expatrier ! »

Cette phrase je l’ai entendu pas mal de fois depuis que je suis arrivé. Tout ceux qui voyagent un tant soit peu connaisse le problème. Vous débarquez d’un autre environnement, vous êtes plein de souvenirs et d’histoires à raconter et parce que vous êtes un bon gars (la plupart du temps) et que vous souhaitez le bonheur de vos proches, vous aimeriez qu’ils partagent vos bons plans.

La situation se corse quand pour profiter du bon plan il faut déplacer son centre de gravité de quelques milliers de kilomètres. C’est à ce moment là en générale que j’entends cette fameuse phrase :  « Ok mais tu comprends bien que tout le monde ne peut/veut pas s’expatrier ! »

Je suis on ne peut plus d’accord. Même si beaucoup d’entre nous avons les mêmes but, tout le monde n’a pas forcément envie d’y arriver comme moi j’y suis arrivé.

C’est dans cette optique que je me suis dit qu’écrire un article pour mettre en avant les qualités ou plutôt les aptitudes à avoir ou au moins à développer pouvait s’avérer utile aux candidats à l’expatriation.

Vous vous expatriez seul ou en famille ?

Là est la première question que vous devez vous posez, je connais de nombreux hommes de la génération de mon père qui se sont expatriés vers la France seul. Pour ma part je ne peux m’imaginer être séparé de ma femme et mon enfant plus de quelques jours. C’est une décision importante et cet article est là pour vous aider à bien évaluer cette décision : Les 3 questions à se poser pour une famille heureuse, car oui ce genre de décisions se prend en famille…si on en à une.

Vous avez entrepris des recherches APPROFONDIES sur votre destination.

Google est votre ami et Google Images est sans aucun doute un ami parfois encore plus précieux.  Voici en vrac les premières choses que je recherche quand je me renseigne sur un pays :

Climat ? Vaccins ? (bons) médecins ? Présence d’une communauté francophone ? (bonnes) écoles ? Ambiance de la ville ? Nombre d’habitants ? Sécurité ? Proximité avec d’autres grandes villes ? villes frontalières ? Grands magasins ? (bons) pédiatres ?  Besoin d’une voiture ? Cout de la location d’une voiture ? Proximité du lieu de travail ? Besoin d’une seconde voiture peut-être ?

Vous tournez 7 fois votre langue dans votre bouche avant de juger

Ne cherchez pas à comprendre absolument tout ce que vous verrez, la raison en est simple. C’est le meilleur moyen de tomber dans le « jugement ». Juger c’est ce qui reste quand on à fait semblant de réfléchir très fort à une scène incompréhensible parce que bien souvent trop loin de nos us et coutumes. Personnellement dans ces moments là je choisis « l’acceptation ». L’acceptation c’est ce qui reste quand vous ne cherchez plus à avoir raison.

Vous ne cherchez pas/plus  à prouver que vous avez raison

Pour moi c’est là l’une des plus grandes pertes de temps que l’humanité est connue depuis…ben en fait je crois que je mettrai ce point en tête des idioties humaines. Avoir raison c’est génial sauf que ca m’arrive pas souvent. Pourquoi ? Parce que toute situation est changeante et là où j’ai raison aujourd’hui peut être le point où j’aurais tort demain. J’économise un temps fou (et plein d’autres choses) en prononçant ces simples mots : c’est pas faux !

Vous avez compris que l’époque coloniale est bel et bien révolue

La scène se passe en Inde à Pondichéry plus précisément. Une nouvelle « bakery » (boulangerie) vient d’ouvrir et on y trouve des casse-croutes plus que succulent…français ! Le pain est quasiment de qualité française et pour cause le chef est franco-vietnamien. Un jour je rentre et là que vois-je ? Napoléon Bonaparte en peinture sur un mur de 3 mètre de haut. Tout conquérant que l’ami Napo était sur son cheval blanc cambré, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire ces mots : « on n’en finira jamais ! »…avant de me prendre un pain bagnat au thon…les valeurs n’ont jamais rempli un estomac vide…

Si c’est pour retrouver votre chez vous français, ce n’est même pas la peine

Ou pour le dire autrement : quel est votre capacité d’adaptation ? Si vous êtes plutôt du genre à aimer votre confort alors il y à de fortes chances pour qu’elle ne soit pas très élevée…mais sait-on jamais ! La vérité est que nous pourrions discuter de ce point pendant des heures mais pour moi la seule manière de la connaitre et de vous confronter au terrain. Jamais je n’aurais cru pouvoir supporter ce que nous avons vécu en Inde. Non seulement nous l’avons supporté mais nous avons aimé !

Australie ? Oman ? Inde ? Oui il est possible de choisir son type d’expatriation

Connaitre sa capacité d’adaptation est important. Parce qu’en fonction de cette dernière vous allez soit vous dirigez vers certains pays soit en omettre d’autres. Oui la France et l’Australie ne sont pas pareils mais objectivement tout deux font partie du monde occidental, vous retrouverez vos repères. Le Golfe est déjà sensiblement différent, les us et coutumes diffèrent beaucoup mais vos repères ne seront pas encore trop malmenés. L’Inde en revanche…là je vous citerai une phrase symbolique que beaucoup répète en Inde. « L’Inde soit on adore, soit on déteste…mais il n’y pas de juste milieu ». Jusqu’à aujourd’hui je n’ai rencontré personnes qui soit dans le juste milieu. A vous de choisir votre type d’expatriation.

On ne travaille pas de la même manière en Australie, en Inde ou en Oman

Les méthodes de travail vont vous changer et parfois de manière radicale. Pour travailler avec des Australiens je peux dire que j’adore mais même eux s’accordent pour dire que les Australiens en Australie sont encore bien différents. Les Indiens et les Omanais sont encore très différents et il me faudrait bien plus que quelques lignes pour m’expliquer sur ce point. Je dirais en substance que les relations et le temps ont une toute autre valeur dans ces systèmes :-). Vous aurez d’ailleurs aussi une forte envie de lire cet article, car maintenant vous savez qu’un contrat expat n’est pas un contrat français !

Loin des yeux, loin du cœur

Le point peut-être le plus cruel pour la fin. 80% de vos amis ne vous rappelleront pas quand vous rentrerez. Votre famille…va savoir ca dépend peut-être des familles ?! Oui le dicton dit vrai, cet écrémage est parfois nécessaire pour voir où sont vos vrais proches. En conséquence si vos relations sociales sont votre vie…restez sous leurs yeux !