Aujourd’hui les choses sont quelque peu différentes dans le Luxembourg voisin. Je dis cela car il fût un temps où c’était clairement l’Eldorado de l’autre côté de notre frontière. Le minimum salarial est aux alentours de 1600 euros, et cela sans diplôme particulier. D’un autre côté, c’est aussi la première fois que j’entends un ami avec des diplômes universitaires me dire qu’il travaille pour moins de 2000 euros mensuel.

Malgré cette crise qui forcément à secoué ce petit pays dont l’économie est basé sur le secteur financier, beaucoup s’accordent à dire qu’il est toujours bien plus avantageux d’être de leur côté de la frontière que du nôtre. Alors je vous laisse imaginer la situation des années 2004-2005, les années fastes.

Un ami à moi, que je considère vraiment intelligent et qui travaille pour le plus gros équipementier automobile mondial s’est vu offrir un poste à New-York. Délaissé le Luxembourg, sa vie de célibataire Français et partir pour « The Big Apple ». Il a refusé. Je lui en ai presque voulu, je pensais que c’était la chance d’une vie et la laisser passer était clairement stupides.

Tout cela s’est passé avant que je ne rentre dans le monde du travail. Vous pouvez imaginer que si c’était l’une des premières fois où je voyais un homme sincèrement intelligent prendre une décision stupide, ce n’était très certainement pas la dernière. Et c’est ce qui m’a amené à me poser la question « comment des personnes à priori intelligentes font pour prendre des décisions connes ? ».

revue hebdomadaire carriereEt si c’était vous l’abruti ?

Je discutais hier d’un formateur qui malgré le travail qu’il fait a une sacré tendance à penser en terme de « moi, je… ». Son travail peut apparaitre comme l’une des premières étapes pour faire évoluer un employé, et pourtant cet homme ne se l’applique pas à lui-même. Faites ce que je dis et surtout pas ce que je fais. Je n’imagine même pas ce que ça doit être de le confronter en pleine formation.

Si comme moi vous avez autour de vous des gens qui vous paraissent intelligentes mais que leurs décisions vous semblent stupides, commencez par vous demander si ce n’est pas vous qui êtes stupides. Aucune volonté de vous manquer de respect mais c’est une question légitime.

Etes-vous sûr de voir « the big picture » ?

C’est-à-dire la vision globale. Etes-vous certain que les décisions qui vous paraissent si stupides ne sont pas des nécessités pour appliquer un schéma plus global qui lui est un plan brillant ?

Même si c’est pénible pour toutes les parties, il faut parfois passer par des phases que personne n’aime pour pouvoir arriver à appliquer ce que j’aime à appeler la vision globale. Or, tout le monde n’a pas forcément cette vision. Certains ne veulent pas la voir et d’autres n’en ont tout simplement pas été informés. C’est la différence entre avoir un chef hiérarchiquement au dessus et un Leader devant soi.

Etes-vous sûr qu’il n’est pas en train de jouer un jeu ?

Les gens parlent beaucoup plus et beaucoup plus ouvertement aux personnes qu’ils ne voient pas comme des compétiteurs potentiels. En fait, c’est l’habitude qui fait ça et c’est inconscient la plupart du temps. Les langues se délient plus facilement face aux gens qu’on considère comme inférieur et qui donc (normalement) ne représenteront jamais une menace.

Ici, pour moi, c’est clair, je vous invite clairement à jouer l’idiot quand cela va dans votre intérêt. C’est parfois difficile de voir un abruti vous prendre pour un imbécile mais il vous faudra garder votre sang-froid et surtout votre plan final en tête. Oui, parfois pour arriver à appliquer certaines choses, vous devrez accepter de jouer un rôle que vous n’aimerez pas… de toute façon, est-ce que vous aimez réellement le rôle que vous jouez tous les jours ?

Etre intelligent ne veut pas dire savoir surmonter son égo

Ayant un égo de la taille d’une Cathédrale (ou d’une Mosquée en l’occurrence) je suis bien placé pour vous dire qu’être intelligent ne dispense pas d’écouter parfois avec trop d’insistance son égo. Le problème, c’est qu’il est en général mauvais de l’écouter seul.

Si vous avez ce genre de personnes autour de vous, ce sont les gens les plus faciles à influencer. Une fois que vous avez trouvé le bouton qui fait mousser leur égo, vous pouvez vous en servir dès que nécessaire. Attention toutefois à ne pas trop vous en servir. Tout le monde aime se faire mousser, mais personne n’aime sentir qu’on se moque d’elle ou de lui.

J’ai une petite question pour finir : est-ce que vous vous considérez comme une personne intelligente ?