Vous lisez la seconde partie d’un article débuté ici : 10 Etapes (ESSENTIELLES) Pour Réussir Tous Vos Objectifs 1/2

6. L’aspect matériel se divise en 2 parties.

  1. Ce que vous avez
  2. Ce que vous devez acquérir.

Ce que vous avez, c’est ce que vous possédez au jour du démarrage de votre projet. Faites une liste de ce que vous possédez matériellement et qui entre en considération dans l’atteinte de votre objectif. Faites simple, prenez une feuille papier ou numérique au format paysage et commencez à écrire.

Ce que vous devez acquérir, c’est ce que vous ne possédez pas encore au jour d’aujourd’hui. Posez-vous la question : est-ce vital pour démarrer les étapes de recherche et de planification ? Si non, alors commencez à bosser et en parallèle, cherchez les fonds pour acquérir ce qu’il vous manque. Si oui, alors vous vous mentez à vous-même, la recherche et la planification ne nécessitent pas d’argent ou de produit matériel. Arrêtez les excuses et commencez à bosser !

7. Pour l’aspect talent, vous devez faire 2 listes.

  1. Ce que vous aimez faire
  2. Ce à quoi vous êtes vraiment bon.

Encore une liste, mais je trouve que c’est la meilleure manière de gérer facilement ces premières étapes.

Ce que vous aimez faire, c’est ce qui fait que parfois vous n’arrivez pas à dormir en y pensant. Pour moi par exemple c’est tout ce qui est technologique. Si je me commande un téléphone et j’attends de le recevoir, cela m’empêche de dormir normalement. C’est con, mais c’est ainsi ! Pourquoi je n’écris pas sur la technologie ? J’y pense, mais la vérité c’est que j’ai peur de n’être qu’un consommateur de technologie, pas quelqu’un qui est bon à faire passer sa passion à autrui.

Ce à quoi vous êtes bon, c’est ce qui ne vous demande pas d’efforts particuliers. Vous le faites facilement, car vous êtes arrivé à un stade de maîtrise qui fait que la plupart des actions nécessaires sont désormais inconscientes. Pour moi, ce sont mes 3 blogs. SemeUnActe.com qui est devenu mon business, Simpledad.fr (où je chronique mes aventures de Papa) qui le deviendra peut-être dans 2 ans et iShift.fr (qui est ma manière de ramener de l’argent en maintenant mon niveau d’anglais). Écrire pour ces blogs ne me demande pas d’énormes efforts insurmontables. Et comme c’est facile, j’y prends du plaisir, et comme j’y prends du plaisir, les lecteurs le sentent et on tendance à me féliciter. Cela crée encore plus de plaisir et vous l’aurez compris, c’est ainsi qu’on crée un cercle vertueux où on est heureux de faire ce à quoi on est bon !

8. L’aspect humain

  1. Trouver à quoi vous êtes bon
  2. Trouver d’autres personnes pour faire le reste.

Je ne m’appesantirai pas sur ce qui vous concerne, car je le fait dans le point suivant. Juste un conseil, trouvez votre propre cercle vertueux et vous adorerez vous lever le matin. C’est garanti sur facture !

Cependant, aussi bon que vous soyez, il y aura toujours des domaines où d’autres vous surpasseront. Vous pouvez essayer de vous convaincre du contraire, mais je peux vous assurer que vous tomberez alors dans une de ces 2 catégories :

La personne qui préfère couler seule plutôt que tendre la main. Votre honneur sera sauf, vous n’aurez rien fait de concret dans votre vie qui vaille le coup d’en parler 5 minutes après votre enterrement, mais votre honneur sera sauf !
La personne qui aime faire les choses seules parce qu’elle aime contrôler tous les aspects de son art. Le contrôle c’est comme l’honneur, ça fait bien sur le moment, mais ça laisse un gout amer dans la bouche lorsqu’on s’aperçoit que des gens plus jeunes ont déjà accompli 10 fois nos rêves les plus fous.

Pour moi c’est une question de temps avant tout. Je ne suis pas bon en webdesign. Je ne suis pas totalement nul, mais c’est juste que ce n’est pas ce que j’aime faire. J’ai choisi de travailler avec Shérazade, c’est elle qui s’occupe de tout ce qui concerne le design de mon blog et de mes produits. Et je crois que le résultat est parlant, non ?!

9. Pour réussir, il faut trouver des gens qui veulent faire ce à quoi vous n’êtes pas bon.

Pour faire cela, vous devez apprendre à abandonner une certaine partie de votre contrôle. Ce n’est pas tous les jours facile, mais c’est payant à plus ou moins long terme.

L’autre avantage c’est de libérer des ressources mentales que vous pourrez réutiliser pour faire ce à quoi vous êtes bon. Personne ne peut penser productivement à tous les aspects d’un projet et c’est tout à fait normal. La réussite donc c’est le fait de trouver des gens qui veulent faire ce que vous ne voulez pas faire.

Contrairement à ce que l’on pense, il ne sera pas forcément nécessaire de passer par de l’argent pour faire faire ces différentes missions. Pensez en termes d’échange de services. Vous avez probablement des capacités qu’eux n’ont pas. Vous êtes probablement heureux de faire certains jobs que d’autres ne peuvent/veulent pas. C’est à vous de trouver les gens avec qui vous pourrez trouver des terrains d’entente où tous les acteurs pourront gagner quelque chose.

10. Pour réussir vite, il faut trouver des gens qui AIMENT faire ce à quoi vous n’êtes pas bon.

C’est le petit secret derrière le grand secret. Si trouver des gens pour vous accompagner dans les étapes que vous ne voulez pas faire est une chose primordiale, ça ne reste pas moins qu’une première étape. La seconde va plus loin, et c’est ce second niveau qui fera que vous réussirez VITE.

Certaines personnes sont bonnes à faire ce qu’elles font et vous associer à elles sera une bonne idée… pour un temps. Le fait qu’ils ne soient pas, comme vous, habités par une passion de ce qu’ils font vous expose à un grave problème. Vous ne pourrez pas leur faire confiance sur la durée.

Quelqu’un qui fait quelque chose parce qu’il est bon dans cette chose et pas parce qu’il AIME cette chose est quelqu’un de volatil. Il peut se détourner de vous et de votre projet aussi vite qu’il y est entré.

L’autre problème que je vois (que j’ai connu), c’est qu’il est difficile de faire comprendre à des gens non passionnés, votre vision globale. Ils ne voient pas The Big Picture. Ils ne voient pas tout ce que vous essayez de créer. Ils ne se sentent donc pas comme les éléments qu’ils sont.

J’ai pour habitude de répéter que la Terre est une chaine de 7 milliards de chainons. Oui 1 sur 7 milliard c’est anecdotique. Mais si un seul casse, c’est la chaine de 7 milliards qui est cassée.

C’est aussi pour cela que je parle tant de Leadership ici. C’est à vous qu’il incombe de faire comprendre à vos partenaires leur place. Il est de votre devoir de montrer The Big Picture. C’est vous en tant que Leader qui devait aller plus loin que le simple fait de montrer, c’est à vous de faire vivre la vision globale. C’est seulement à ce prix que vous réussirez à accomplir tous vos objectifs.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je oublié des étapes essentielles ?