Vous êtes sur le point de lire un article débuté ici : Comment Eviter Que La Surmotivation Des Débuts Ne Vous Grille 1/2

Alors forcément la question que vous vous posez est : comment continuer à être motivé si cette étape de recherche me montre tous les problèmes auxquels je vais devoir faire face ?

Laissez-moi vous ôter d’un doute : VOUS ALLEZ AVOIR DES TONNES DE PROBLÈME !!! Je suis passé par les étapes de la surmotivation et je les connais bien. Vous pensez pouvoir passer entre les mailles du filet mais non, vous n’y échapperez pas. Alors Mohamed, démotivateur ? Non juste réaliste !

La chance ne sourit qu’à celles et ceux qui se préparent. Si vous vous préparez, que vous vous organisez et que vous planifiez votre projet, les problèmes n’auront pas le même impact que si vous êtes simplement… surmotivé. D’ailleurs visité le lien suivant pourrait être la chose la plus futée que vous puissiez faire pour vos projets 2013 : http://semeunacte.com/agir

Après l’étape de recherche, la planification devient cruciale ! C’est l’étape qui vous permettra d’éviter de mettre la charrue avant les bœufs, ce que par définition font TOUS les surmotivés de la Terre. Posez-vous les questions suivantes :

  • Qu’ai-je appris de mes recherches ?
  • Quelles sont les étapes importantes de mon projet ?
  • Est-ce qu’il y a des étapes qui doivent être planifiés plutôt pour le début ?
  • Est-ce qu’il y a des étapes qui doivent attendre la fin d’autres étapes ?
  • Est-ce que j’ai prévu l’improbable ? (ouragan Sandy par exemple)
  • Est-ce que je me suis prévu des retards en termes de délai ?
  • Aurai-je besoin d’aide pour certaines étapes ?
  • Ai-je VRAIMENT lu l’article Gestion de Projet Efficace – Les Bases ?

eviter surmotivation 2Évitez de raconter votre vie à tout le monde !

Cela va vous paraître assez paradoxal puisque mes trois blogs SimpleDad, iShift et SemeUnActe sont en définitive assez personnel mais je peux vous assurer que cela fait sens.

J’ai ouvert S1A en février 2010 c’est-à-dire lorsque j’étais à l’étranger. Les seules personnes qui connaissaient mes projets étaient ma femme, mes amis et mes collègues. Ma Liyah est elle-même blogueuse depuis 2008 et c’est elle qui m’a parlé pour la première fois d’ouvrir un blog car selon elle, je pouvais aider plus que les seules personnes qui croisaient mon chemin.

Concernant mes amis et mes collègues, c’est simple ! Personne ne lisait le Français et donc il était très difficile pour eux de savoir ce que je faisais exactement. Le résultat est que j’étais entouré de motivation puisque j’avais ma femme et les lecteurs contents du contenu.

Ce n’est qu’en rentrant en France que la réalité m’a frappé. Ici les rêves sont pour la bleusaille (Paroles du groupe I AM) et DIEU que c’est vrai ! Personne ne prend au sérieux les auteurs… alors les blogueurs, on n’en parle même pas.

J’ai fait comme tout le monde, j’ai essayé d’expliquer ce que je faisais… avant de simplement abandonner. Je dois avouer que je n’aime pas discuter des heures dans le vide, je me contente aujourd’hui de simplement dire :

– Je suis consultant en développement professionnel et personnel. Ce qui veut dire :

-Je n’ai pas envie d’en parler et tu n’oseras pas me demander car tu auras peur de paraître stupide. A cela, j’ajoute :

– Vous pouvez visiter Semeunacte.com. Je remets ma carte et je passe à autre chose.

En ce qui vous concerne, je vous invite réellement à ne pas trop parler de vos projets, surtout s’ils sont encore à l’état de rêves.

Posez-vous aussi les questions suivantes :

  • Ai-je quelqu’un à qui parler de ma surmotivation et qui ne donnera pas son avis sur mon projet ?
  • Ai-je quelqu’un de vraiment positif à qui parler en cas de coup de pompe ?
  • A qui puis-je demander des conseils de manière personnelle ? (si vous n’avez personne envoyez-moi un mail)
  • A qui dois-je clairement éviter de parler de mes projets/rêves ?
  • A partir de quel moment pourrais-je en parler ?

Lancez-vous !

Cette dernière question est vraiment importante parce qu’elle va vous obliger à vous mettre en marche. Vous pouvez parler autant que vous voulez mais tant que vous n’avez pas du concret à présenter à votre famille, vos amis, vos collègues ou je ne sais qui d’autre, vous n’avez pas autorisation de parler pour ne rien dire.

Je suis direct mais comprenez que c’est aussi pour vous protéger. Vous avez surement déjà connu la « presqu’honte » que l’on ressent lorsque quelqu’un nous demande « innocemment » ce qu’est devenu notre dernier projet en date. Et que pour la septième fois vous êtes obligés de dire « non, ça j’ai laissé tombé » ou « ça avance » alors que vous savez que ça recule. Pour éviter ces grands moments de solitude reprenez les questions ci-dessus et vous vous remercierez dans quelque temps.

J’ai pour habitude de dire : on récolte les premiers résultats au bout de 2 ans de travail. On est au top de son art en 5 ans. Qu’en pensez-vous ?

Patience + Persévérance = Récompenses !

Credit Photo