C’est une conversation que nous avons commencée à midi avec la patronne d’une sandwicherie à laquelle je vais assez souvent. Selon elle, la frustration est un sentiment prépondérant dans l’éducation d’un enfant. Un jeune auquel tout est accordé sans retenue n’expérimentera pas la frustration et donc sera moins bien préparé pour la vie d’adulte.

J’ai tendance à être d’accord avec cette dame. Jouer du baton et de la carotte est une manière effective (selon moi) d’éduquer un enfant. Il faut faire en sorte d’apprendre aux enfants à patienter positivement. Ce que j’appelle la patience positive c’est de se projeter afin d’imaginer ce que vous ferez de l’objet. Cela dans trois buts précis :

  • Apprendre la visualisation (que je considère de plus en plus comme fondamentale dans le succès d’une Femme ou d’un Homme)
  • Apprendre les qualités et inconvénients de l’objet (cela permet de leur apprendre à ne pas acheter sur des coups de tête)
  • Apprendre que l’objet n’est en rien facteur de bien-être et/ou de bonheur. Avoir des objets fun, c’est cool, mais ce n’est rien d’autre qu’un désir… pas un besoin.

Et les parents ?

J’ai quitté cette gentille dame sur l’impression qu’il manquait quelque chose à la conversation que nous venions d’avoir. En fait, il ne manquait pas une chose, il manquait quelqu’un : le parent. La question est donc la suivante :

Comment gérez-vous la frustration ?

Pas uniquement en tant que parent mais dans tous les aspects de votre vie. J’ai lu une fois la citation suivante (désolé je n’ai pas pu retrouver son auteur ou encore la citation exacte)

Les enfants pleurent pour leurs jouets, les adultes se les achètent.

Que vous achetez-vous (même avec de la monnaie symbolique) pour éviter de pleurer comme un enfant ?