En Leadership il y a cinq gros mensonges qui ont tendance à revenir en permanence. Certains sont des « mensonges honnêtes », personne ne cherche à vous duper, ce sont justes des choses qu’on a l’habitude de voir et d’entendre. D’autres sont carrément malhonnêtes, dans le but de vous faire croire qu’il suffit de payer pour la bonne formation et/ou le bon coaching et tout va s’installer… comme par magie.

 

Mensonge N°1 : Etre un Leader veut dire avoir tout ce qu’on veut

Pour être honnête, c’est très souvent le contraire. Oui le chef peut soumettre ses subordonnés à son pouvoir. En tant que Leader, vous ne voulez pas d’un pouvoir basé sur la hiérarchie et les relations fausses. Vous ne voulez prendre de force ce que vous estimez ne pas avoir gagné.

Etre un Leader est souvent un résultat, plus qu’une posture. Vous êtes perçu comme un Leader parce que la majorité de vos actions dans votre vie de tous les jours sont perçues comme les actions d’un leader. En clair, cela veut bien souvent dire que vous en faites plus pour autrui, qu’on en fait pour vous.

Pourquoi faire quelque chose d’aussi stupide, me direz-vous ? Je n’ai pas de réponse bien définie, je ne peux que répondre du point de vue de mon expérience. Personnellement, j’aime aider autrui pour deux raisons particulières :

  1. Même si la personne ne me le rend pas, la vie finit toujours par me le rendre par un moyen détourné
  2. J’obtiens une haute estime de moi-même lorsque je me sens utile.

Pour ce deuxième cas, certains diront que c’est le contraire du Leadership, puisque je suis dépendant de l’aide que je donne aux autres. Je répondrai que nous le sommes tous, certains se l’avouent, d’autres non !

 

Mensonge N°2 : Devenir un Leader est facile

Oui et non.

Oui c’est facile, car au final, les ingrédients du leadership sont plus ou moins connus. Il y a et il y aura toujours des idiots pour vous dire que le leadership est une question de naissance et/ou de charisme naturel. Mais au final, je résume le leadership personnel par deux phrases :

  1. Prendre le contrôle de sa vie (car si vous ne le faites pas quelqu’un d’autre le fera pour vous… et vous n’aimerez pas le résultat)
  2. Faire à autrui ce qu’on veut qu’il nous fasse (car c’est ainsi que les gens vous porte avec plaisir)

Si vous avez le désir sincère de changer votre vie et d’adopter ces deux visions du monde…, ce ne sera toujours pas suffisant.

Non, ce n’est pas facile, car au final, les belles paroles et les désirs, tout le monde en a. Vous connaissez tous l’expression :

L’enfer est pavé de bonnes intentions

Eh bien, c’est cela le problème principal de celles et ceux qui se demandent principalement comment les autres vont finir par les porter. De belles paroles et des gentilles intentions, nous avons tous nos politocards pour y pourvoir. Ce sur quoi tout le monde va vous juger, ce sont vos actions, ce que vous faites tous les jours devant eux. Rien de plus et surtout rien de moins.

Comme je l’ai écrit plusieurs fois dans mon dernier livre, les gens ne vous écoutent pas. Il y a tellement de monde qui leur ment à longueur de journée. Ils sont désabusés et ne font plus confiance comme lorsqu’ils étaient plus jeunes. Aujourd’hui :

  • Vos collègues
  • Vos enfants
  • Votre homme / votre femme
  • Votre famille
  • Vos amis

Vous jugent tous sur ce que vous faites tous les jours. En anglais, il y a un dicton que j’adore :

I can’t hear you, since your actions talk so loud (Je ne t’entends pas tellement tes actions crient fort)

C’est ce que vous devez retenir. Non le leadership est et sera toujours difficile, mais uniquement pour celles et ceux qui veulent se cantonner aux belles paroles.

 

Mensonge N°3 : Devenir un Leader est rapide

Le point précédent vous a déjà donné quelque part les points fondamentaux de ce troisième mensonge. La facilité et la rapidité sont, en général, associées dans le cerveau de celles et ceux qui ne veulent pas faire les efforts requis. Est-ce du fait que tant de promesses volent de partout de nos jours ? Je ne sais pas.

J’ai tendance à défendre l’idée que le changement est une habitude lente. J’entends, c’est une habitude qui s’installe lentement. Personne ne change du tout au tout rapidement, ou alors c’est un faux changement et les mauvaises habitudes reprendront le dessus à la première occasion.

Certaines personnes que je respecte fortement défendent l’idée contraire. Krisnamurti, par exemple, fait partie de ces êtres qui soutiennent que le changement est une affaire de volonté. Si la volonté de devenir un Leader est assez forte, alors rien ne saurait empêcher un changement radical et rapide.

Pour parler de mon expérience, ce que j’ai vu et vécu, ce n’est pas ce que j’ai pu observer. Ce que je vois en permanence, c’est qu’il y a trois niveaux de changement qui doivent se produire pour qu’un individu change profondément. Ces trois niveaux prennent plus ou moins de temps en fonction des individus et de leurs histoires personnelles.

Pensées, Paroles, Actions

Certains individus mettront un temps fou à changer leurs actions, d’autres ce seront leurs paroles. Ce que j’ai pu observer aussi, c’est qu’en général, si le stade du changement des pensées est bien intégré, les deux autres niveaux de changement (les paroles et les actions) seront plus aisés.

 

Mensonge N°4 : Leadership et succès sont synonymes

 

Voilà un des gros mensonges qu’on peut lire un peu partout. Non le leadership ne va pas forcément avec le succès et cela pour une raison toute simple :

Etre un Leader veut souvent dire faire le boulot que personne ne veut faire

Et personne ne veut faire le boulot en question parce que peu d’entre nous ont le courage de se salir les mains, de challenger le statu quo, de se mettre dans des positions inconfortables où l’on sait que les autres vont essayer de tirer à boulets rouges sur nous.

C’est l’une des plus grosses différences entre un chef et un leader.

Le premier ne veut être en avant que lorsqu’il sait qu’il a quelque chose à y gagner. Dès que le vent tourne, il trouve un bouc émissaire à qui faire endosser tout ce qui cloche. Tout ce qui ne va pas n’est peut-être pas de la faute de ce chef, mais lorsqu’on accepte des fonctions de management à responsabilités, on accepte bien entendu les droits, mais on accepte aussi les devoirs de la fonction.

Le second sait qu’il y a une part d’honneur non négligeable dans tout leadership et trouver des paratonnerres dès que le temps se gâte, c’est vivre sans honneur. Et personnellement, j’ose le dire, vivre sans honneur, c’est être un mort qui s’ignore. On déambule, mais il n’y a plus rien qui vaille à l’intérieur de ce corps.

Pour autant, accepter les responsabilités d’un Leader ne veut pas dire tout endosser, être toujours gentil et dire Amen à tout. Lorsque viennent les temps difficiles, le chef vous dit ce que vous voulez entendre et vous plante un sabre dans le dos à la première occasion. Le Leader vous prend entre quatre yeux et vous dit ce que bien souvent vous savez déjà, mais que vous refusez de vous avouer à vous-mêmes.

Vous comprenez bien que ce genre de leadership ne va pas forcément avec le succès que certains peuvent convoiter. Seulement, ce genre de leadership va toujours avec le mot « respect ». Respect de la hiérarchie, mais aussi respect de toutes celles et ceux que le Leader côtoie. Ce respect s’est acquis parce que vous êtes resté entier.

 

Mensonge N°5 : Le Leadership est une question d’ingrédients

Je vais vous donner quelques chiffres perso :

  • Je lis un livre papier toutes les deux semaines
  • Je lis un livre numérique par semaine
  • Je lis dix articles de blogs tous les jours
  • J’écris des articles tous les deux jours
  • Je fais des exercices sur moi-même tous les jours
  • Je regarde des vidéos tous les jours
  • J’écoute des podcasts plusieurs fois par semaine

Et la très grande majorité de tout ce que je fais tourne plus ou moins autour du concept de Leadership. Avec tout ce que j’ai décrit plus haut, voilà ce que j’ai compris au bout de plusieurs mois :

Le Leadership est tout sauf une question d’ingrédients

Il y a autant de définitions du leadership que de personnes sur terre. Cependant, je le redis, je définis le leadership comme :

  1. Prendre le contrôle de sa vie (car si vous ne le faites pas quelqu’un le fera pour vous… et vous n’aimerez pas le résultat)
  2. Faire à autrui ce qu’on veut qu’il nous fasse (car c’est ainsi que les gens vous porte avec plaisir)

D’autres auteurs, d’autres définitions, d’autres ingrédients. Certains auteurs, certaines définitions se rejoindront bien sûr, mais au final, j’ai ma vision des choses qui est mienne et même si de grands auteurs disent d’autres choses, je n’en démords pas. Ma vision du leadership reste basée sur les deux prémisses que sont le contrôle de sa vie et le bienfait fait à autrui.

Je vous invite donc à prendre quelques minutes et à déterminer ce qu’est pour vous, votre définition du Leadership Personnel. Qu’est-ce qu’être un Leader selon vous ? Pensez-vous que ma manière de voir les choses est trop simpliste ? Ou trop ringarde ou trop je ne sais quoi ?

Si vous faites cet exercice, personne ne pourra plus vous mentir, car vous aurez pris soin de définir par vous-même et pour vous-même la définition de votre épanouissement personnel. Plus aucun gourou ne pourra vous l’enlever.

Si vous avez envie de partager vos avancées, c’est en bas dans les commentaires que ça se passe. J’aimerai beaucoup lire les conclusions auxquelles vous arriverez.

photo credit: Do u remember