Cet article est le fruit de Jaya du blog le-cri-du-tabac.com. Il s’inscrit dans le cadre d’un concours pour le meilleur article. Si vous aimez, commentez en dessous de l’article, elle pourra peut-être gagner 50 euros. Merci :)

La perception

Quand un fait se présente, a-il une objectivité ? Une réalité ?

A mon avis, non.Il a la réalité subjective que chacun lui donne.

Un crayon tombe. Il est admis que c’est l’attraction de la Terre qui le fait tomber. Mais quelle est notre perception de cette chute :

Ah! un crayon qui tombe

  • c’est bien il sera posé sur le sol, «  il ne tombera pas plus bas »
  • il va se casser
  • zut, tout me tombe des mains, même les crayons
  • il n’y a qu’à moi que ça arrive, même les crayons me compliquent la vie en tombant.
  • un crayon parterre, je peux sûrement en faire quelque chose!

Le fait « Un crayon qui tombe », selon l’éclairage qu’on lui donne peut traverser notre espace vitale sans nous toucher, ou être une source de désagrément profonde que nous nous créons, il faut bien l’admettre. Qu’en est -il lorsque c’est une relation qui tombe ? Un emploi qui tombe ? Un être proche qui part ? Un modèle de vie qui tombe ?

    —> Vos croyances bâtissent votre monde 

Le sens 

Reprenons le crayon qui tombe. Quelque soit la perception que nous avons de ce fait, quel impact a-t-il sur nous ? Nous pouvons voir dans notre vie des milliers de « crayons  » tomber. Et il n’y a pas que les crayons qui tombent, regardez autour de vous ! Que pouvons nous créer à partir de ces faits ?  A l’image de Newton qui à force de voir tomber les pommes s’est questionné et a mis élaboré la théorie de la gravité !

La capacité de créer et d’inventer, si c’était aussi libérer son imagination sur le mur des réalités ?

—>  Qu’est ce que le mur des réalités? »

L’évolution

Notre vie est jalonnée d’événements qui se succèdent. Quel sens donnons nous à ces événements ? Souvent rien, parce que nous vivons dans la surdité et l’aveuglement : nous n’avons pas le temps, d’autres priorités. Ce à quoi on a été sourd, peut devenir compréhensible plus tard avec la maturité , l’évolution de l’esprit : entendre qu’on est sourd et voir qu’on est aveugle.

Je pense aussi que cela dépend de la capacité que nous avons de capter les informations. Combien de fois n’avons nous même pas vu tomber le crayon ? Et un jour on se réveille et il n’y a plus de crayon. Il y a longtemps qu’il est tombé et a disparu. On a raté une occasion.

L’échelle de temps

Chaque jour nous vivons notre journée. Travail ou pas, famille ou pas, amis ou pas, télévision ou pas, journaux ou pas, pubs ou pas, internet…. nous sommes sollicités toute la journée par des informations même sans le vouloir . Ces informations qui nous font voyager dans le calendrier, dans les projets.

Dans quel espace temps sommes nous vraiment ? Dans hier ou avant hier : ce que nous avons fait, manqué, oublié, réussi ? Dans demain : ce qu’il y a aura encore à faire, et surtout à ne pas oublier de faire, ce qui pourra peut-être arriver si… ou ce qui n’arrivera pas !

Et si tout simplement nous nous contentions de vivre seulement aujourd’hui ? Je pense que cela est déjà suffisamment riche  en informations et en plaisir. Profiter consciemment du temps présent ! L’instant, là , que nous vivons en pleine conscience , cet instant qui aussitôt disparaît pour laisser la place au suivant où on peut encore s’émerveiller !

Oui , s’émerveiller de tout ce qui arrive dans une journée, garder sa capacité de s’étonner !

Cela ne veut pas dire être « niais » , c’est plutôt être dans sa vie, aujourd’hui! Pas hier c’est trop tard, hier est passé ! Pas demain, car demain n’existe pas encore, demain est issu de ce qu’il s ‘est passé aujourd’hui, et si demain n’arrivait pas ?

Comprendre sa place dans l’univers

Individuellement, sommes nous le centre de l’univers ? A notre échelle personnelle, pour construire notre personnalité, nous sommes bien centré sur nous. Si nous voulons vivre , il faut bien se créer une place, des ressources, acquérir des biens et objets.

Ramené à l’échelle du monde, nous ne sommes qu’un maillon de l’univers, heureusement pour nous.

C’est notre plus grande richesse ! Avoir conscience que l’univers peut nous apporter tout ce qui nous est nécessaire, si nous nous donnons simplement le mal de vouloir voir!

Un maillon dans une chaine c’est à la fois pas grand chose, un parmi des millions d’autres, et c’est aussi essentiel, sans ce maillon la chaine est rompue.

Si l’univers est un grand réservoir d’énergie, sans ce maillon, l’énergie ne circule plus.

Une question d’équilibre

S’attacher à garder l’équilibre, tel est certainement notre vocation:

Maîtriser l’impatience : savoir attendre que ce à quoi nous aspirons se mette en place. Ne pas se précipiter, observer, apprendre, comprendre.

Patience+Persévérance = Récompenses 

Distinguer nos besoins de nos désirs ! Ce n’est pas chose facile dans notre société où le moindre désir doit être assouvi tout de suite, sinon c’est la frustration ! Donc il devient un besoin.

S’apprivoiser : connaître ses points forts et ses points faibles. Faut-il améliorer ses points faibles ? Pas forcément, nos faiblesses font notre personnalité. Nos points forts, bien identifiés et bien utilisés, sont nos propulseurs.

Arrêter de vouloir refaire le monde y compris se refaire soi-même! Faire une image idéalisée! Ce sont les travaux de Sisyphe: celui qui roulait sa pierre péniblement au sommet de la montagne et une fois arrivée, elle redescendait la pente . Ce pauvre Sisyphe a passé sa vie à hisser sa pierre , travail absurde et sans fin lui évitant de mobiliser ses points forts ! Sa ruse !  Accepter ses points faibles , identifier clairement ses points forts pour s’appuyer sur eux et se propulser vers la réalisation de ses aspirations.

Découvrez Vos Points Forts Strengthsfinder 2.0 de Tom RATH 

Entretenir l’équilibre de son corps. Cela passe par un regard objectif sur son allure générale, et par l’écoute des maux qui surviennent. L’origine psychologique du mal de dos : Un mal de dos , peut être le signal d’un malaise psychologique.

Réaliser ses envies : pas à moitié, en se disant « un jour je ferai ça », mais « aujourd’hui je veux le faire et je garde ma motivation intacte pour la réaliser ».

            Quand avez vous abandonné vos ambitions? 

Se faire plaisir. Chaque geste du quotidien, le faire non pas par habitude ou parce qu’il faut, mais en pleine conscience. Prendre du plaisir à boire un verre d’eau!

             12 Petits Conseils pour Grande Fringale

Savoir donner, savoir recevoir

Pour savoir, il faut apprendre. Aurons nous jamais fini d’apprendre à donner et recevoir ?

L’étincelle de l’imagination positive s’est allumée en moi en fréquentant Christian Godefroy sur le net. Puis l’envie de partager ma philosophie de vie s’est concrétisée en fréquentant

Ludovic Gautier et Cedric Vimeux qui m’ont mis le pied à l’étrier pour la création de blogs.

Je reçois aussi une aide technique précieuse de Siè Issa Ouattara  qui est la joie de vivre. La liste peut encore s’allonger, car nombreux sont ceux de la blogosphère qui donnent beaucoup .

Puiser sa connaissance dans l’encre de la blogosphère, un domaine sans frontière, sans limite, où chacun est libre de donner et recevoir.

gilberte jayA propos de l’auteur : Bonjour, je m’appelle Gilberte Jay, avec des pseudos variés: Jaya ou gil@e@te . Je suis vraiment moi depuis un an et très heureuse de m’être trouvée. Je me suis mise au blogging depuis  Janvier 2012 et j’adore. Je découvre, j’apprends,  un peu apprenti sorcier parfois. C’est mon défi 2012.  j’aborde dans mes blogs différents sujets, souvent avec une approche développement personnel.