Il y a quelque temps j’ai eu l’occasion de vous parler du livre de Peter Bregman 18 Minutes Pour Être Efficace. J’ai eu le plaisir d’y apporter ma touche personnelle puisque les Éditions Leduc.s m’avaient fait confiance pour la préface. Ce livre n’est pas encore sorti en France (il faudra attendre le 9 Novembre) mais j’ai pensé à vous présenter les bases de la méthode de M. Bregman.

La première question qui vient à l’esprit, c’est peut-on vraiment devenir plus efficace en 18 minutes de travail par jour ? Et je pense que c’est une fausse question. L’auteur a fait ce calcul, car c’est ce qu’il a remarqué chez lui-même lorsqu’il applique sa propre méthode.

Vous concernant, je ne pense pas que le problème soit une question de minutes. Qu’il y en ait 17 ou 19 ne changera rien à la méthode elle-même. L’important n’est pas de surveiller le timer (comme dans la méthode Pomodoro), l’important est de commencer à faire ce que vous aimez faire, car vous ferez les choses qui vous importent réellement, le temps ne jouera plus contre vous, mais bien pour vous !

Step 1 : Une vision globale

Peter BREGMAN semeunacteJe tiens à préciser avant toute chose que je présente ma vision du livre de Peter Bregman. Je n’ai pas vocation à parler au nom de l’auteur, je ne fais donc que reprendre les points du livre que j’ai aimés et surtout mis en pratique dans ma vie de tous les jours. Et j’aimerai commencer par un thème qui m’est cher, la vision globale.

Pourquoi faites-vous ce que vous faites… et tous les jours qui plus est ?

Gagner de l’argent, ne pas mourir de faim, payer les factures… toutes ces raisons ne sont pas à proprement parler des raisons de travailler, elles sont plutôt les conséquences de votre travail. Étant donné que vous travaillez tous les jours (ou presque) quelqu’un vous octroie une rémunération avec laquelle vous pouvez payer vos factures.

La vision globale, c’est l’étage au dessus, en fait ce serait même la vision en deltaplane. C’est ce que je considère être la raison primordiale qui vous fait lever le matin. Si vous vous levez avec le sourire, ou au moins l’envie de vous mettre au boulot, alors vous avez une vision globale. Si la seule vision de votre réveille-matin vous dégoûte  c’est que vous n’avez pas encore trouvé votre vision globale. Vous ne savez pas à quoi vous êtes destiné, et je trouve cela dommage.

Dommage parce que nous avons tous quelque chose à apporter à ce monde. J’ai entendu dernièrement un homme d’Église dire : DIEU sourit lorsque vous vous épanouissez. Je ne vois pas vraiment DIEU sourire, mais j’aime la formulation. Cela va de pair avec mes croyances, à savoir que DIEU (ou Mère Nature ou Bouddha ou les E.T) ne fait rien au hasard. Si vous ne serviez à rien, Il (Elle ?) ne vous aurait pas créé !

Step 2 : 5 domaines précis

Peter Bregman explique qu’une vision globale se construit à l’aide de 5 domaines précis. C’est à vous de choisir 5 domaines où vous allez pouvoir exprimer ce que vous avez de meilleur en vous. Dans un entretien que j’ai eu avec l’auteur, il m’a expliqué qu’il choisissait tous les ans 5 domaines précis et qu’il n’en déviait pour rien au monde.

Tony Robbins à dit : les gens se surestiment sur le court terme, mais se sous-estiment sur le long terme.

Cette phrase va de pair avec les 5 domaines annuels de M. Bregman. Posez-vous la question : où en sont vos résolutions de début d’année ? Si elles sont aux oubliettes, c’est que vous n’en avez pas fait vos priorités de l’année, vous en avez probablement fait vos priorités du mois de janvier… peut-être mi-février aussi, mais vous n’avez pas fait en sorte de tenir une année entière.

C’est bien beau de vouloir tenir une année entière, me direz-vous, mais comment est-ce qu’on peut faire ça ?

Step 3 : Un plan d’action journalier

Nous sommes tous pareils. Peter Bregman, Mohamed Mouras, vous la lectrice ou le lecteur, tout le monde. Nous sommes tous pareils en matière de productivité et d’efficacité. Nous faisons tous ce que nous avons en face de nous, rien de plus et surtout rien de moins.

Pourquoi dans ce cas certaines personnes ne terminent jamais ce qu’elles commencent ? Tout simplement parce que leur plan journalier ne comprend pas ce qu’elles VEULENT faire, il comprend ce qu’elles DOIVENT faire.

Les projets au bureau s’imposent d’eux-mêmes, les tâches quotidiennes à la maison aussi, les enfants demandent leur lot d’attention (et ils ont raison), les factures doivent être payées, les courses ne se font pas toutes seules (même si Leclerc Drive est une bénédiction pour ma femme)… bref ! Toutes ces obligations font que vous pouvez très bien arriver fin octobre et ne pas avoir rempli vos objectifs de mars !

Un plan journalier est une assurance. C’est la certitude de faire ce que vous devez faire, mais aussi d’accorder du temps à ce que vous VOULEZ faire ! Sans un plan quotidien, nous tomberions tous dans le même panneau, expert ou non, nous serions tous avalés par le même monstre. Nous le connaissons tous très bien, son nom est « routine » !

Step 4 : Se ressourcer quotidiennement

Vous avez une vision globale, vous avez choisi 5 domaines précis en accord avec cette vision et vous avez même un plan d’action journalier. Il ne reste plus qu’une chose à faire, mettre tout cela en application et vous y tenir !

Vous le savez très bien, commencer c’est toujours simple. Que nous parlions de projets perso ou pro, d’arrêter de fumer ou de commencer à courir le matin, c’est tout le temps la même chose, le début est aisé. Lorsqu’on y réfléchit c’est assez normal, votre volonté est à son paroxysme, votre énergie aussi, vous voulez donc vous donner à fond et c’est compréhensible.

Le problème c’est la durée. Le vrai souci c’est de faire 6 mois après la même chose que vous faisiez au début… ou mieux ! Et pour cela Peter Bregman conseille entre autres choses :

  • De prendre quelques minutes quotidiennement pour se recentrer sur soi-même
  • De trouver des moyens à soi de se ressourcer

Personne ne peut se donner à 110% tout le temps, et celui qui vous dira le contraire est un menteur… ou alors il est sous cocaïne. Nous avons tous besoin de nous arrêter de temps à autre pour questionner nos choix et notre stratégie. Nous avons aussi besoin de nous faire plaisir de temps à autre, nous montrer à nous-mêmes que nous sommes fiers du travail que nous faisons tous les jours. C’est cela que de se ressourcer quotidiennement.

Que pensez-vous de ces 4 points ? Des choses à ajouter ?