INFO CONCOURS : dans le cadre de la sortie ce vendredi 9 novembre du livre  18 Minutes Pour Etre Efficace de Peter Bregman que j’ai eu l’honneur de préfacer, j’organise un concours simple.

Partagez cet article sur vos réseaux et laissez-nous un commentaire pour nous donner 1 conseil efficacité. 2 gagnants (une femme et un homme) seront tirés au sort et recevrons gratuitement le livre :)

En 2007, ma femme et moi étions encore étudiants en Master. Nous avons eu l’occasion de partir 6 mois en Inde du Sud, à Pondichéry plus exactement et nous l’avons prise. Je ne vais pas vous mentir, durant 1 mois et demi, chaque fibre de mon Être voulait rentrer en France.

Le plus étonnant c’est que ma femme n’a pas connu ce problème. Elle n’est pourtant pas issue d’une double culture et moi oui. Elle n’a pas l’habitude de changer d’environnement souvent et moi oui.

Ce n’est qu’au bout de 3 mois que j’ai fini par comprendre la raison de mon mal-être. J’avais un besoin viscéral de contrôle sur mon environnement. Je ne m’en étais jamais aperçu, car… faire du développement personnel en France, c’est simple, vous n’êtes jamais poussé dans vos retranchements. En revanche, lorsqu’on vous plonge dans une culture qui n’a strictement rien à voir avec les deux cultures que vous connaissez, eh bien tous vos démons se battent contre cette nouvelle situation.

Le moment où j’ai compris

obsession efficaciteJ’étais assis devant la bibliothèque de l’Alliance Française de Pondy et le soleil se couchait. C’est là que les choses sont enfin devenues claires. Si je n’arrivais pas à m’habituer à ce pays, c’était parce que je luttais ! Je me battais contre mes démons, contre leur façon de faire, contre ma manière de voir les choses, contre ma femme, contre mon patron, contre les Indiens, bref contre tout et tous !

Vivre ces quelques mois en Inde m’a permis de voir en live un comportement que je ne connaissais que de nom en France, « l’acceptation » ! Un joli mot qui fait référence au moment où vous abdiquez. Vos défenses, votre éducation, vos croyances abdiquent ! C’est le moment où vous ouvrez les yeux sur un monde nouveau. Rien n’a changé entre hier et aujourd’hui et pourtant tout est différent. C’est l’observateur qui a changé, pas le monde.

Mon défaut, mes obsessions

L’une des idées les plus communément entendues concernant les obsessions c’est qu’elles vous rendent moins efficaces et qu’elles vont même jusqu’à vous pourrir la vie. Je ne dis pas que c’est entièrement faux. Poussées à leurs paroxysmes certaines obsessions déclenchent des comportements malsains et surtout improductifs :

  • Un trop grand souci du détail peut bloquer l’action nécessaire
  • Une volonté de tout contrôler peut aller contre une nécessité d’autonomie de ses collaborateurs
  • Une angoisse permanente peut vous empêcher de profiter de n’importe lequel de vos succès.

Je ne me considère personnellement pas comme quelqu’un d’obsessionnel… en même temps, on pourra me rétorquer « où est le type obsessionnel qui se prend pour un type obsessionnel »… bref. En revanche, j’ai bel et bien des obsessions, c’est-à-dire des pensées récurrentes qui me poussent à certaines actions.

Mon erreur fut de les considérer comme des entraves pendant trop longtemps. Aujourd’hui, je les observe au travers d’autres prismes et je vois que certaines obsessions peuvent amener une femme ou un homme à son plus haut niveau. Mais cela ne se fait qu’à une condition : celle d’accepter ses démons et ses défauts et travailler pour les mettre à profit.

Comment mettre à profit vos obsessions ?

Toutes les obsessions ont la même manière de s’exprimer. Votre mental choisit un « sujet » et décide d’y focaliser plus de ressources que la normale. La « normale » c’est ce que la majorité est prête à y investir comme ressources.

Ce que j’ai fait, c’est d’orienter mon mental vers la question « comment » et plus seulement « pourquoi ». Les obsessions sont souvent centrées autour de la question pourquoi :

  • Pourquoi je n’ai pas la vie que je veux
  • Pourquoi je n’ai pas le boulot que je veux
  • Pourquoi je n’ai pas la fille/le garçon que je veux
  • Pourquoi le gouvernement nous ment
  • Pourquoi la télévision nous ment

Vous l’avez peut-être déjà remarqué, ces questions n’ont pas de réponses. Entretenir des obsessions autour de ses questions ne peut que vous amener à la dépression ou à pire.

Vous pouvez choisir de tourner efficacement vos obsessions vers la question comment :

  • Comment avoir la vie que je veux
  • Comment avoir le boulot que je veux
  • Comment avoir la fille/le garçon que je veux
  • Comment lutter contre le gouvernement nous ment
  • Comment lutter contre la télévision nous ment

Vous voyez ce qui se passe ? Subtilement, vous changez de paradigme. Vous décidez de ne plus consacrer vos ressources mentales à des questions sans réponses, vous vous mettez en quête de réponses subtiles.

Cette manière de faire n’est pas la seule, mais c’est l’une de celle qui à très bien marché pour moi. Elle permet de rendre utile un défaut humain avec lequel beaucoup ont du mal à vivre. Je finirai en précisant aussi que si beaucoup ont du mal à vivre avec ce genre de défaut, c’est parce qu’ils finissent par accepter ce que leurs profs/parents/amis/ennemis (au choix) disent sur eux.

Le but c’est de vous acceptez tel que vous êtes, puis d’en tirer le meilleur parti.

Quels sont les défauts que vous avez transformés en aide précieuse ?

Credit Photo