image of button stop semeunacte

On dit qu’on apprend tous les jours et je pense que c’est vrai ! On dit qu’on apprend surtout des mauvais moments et je crois(malheureusement) que c’est vrai. Une nouvelle page de l’histoire de ma famille, de moi-même et au final de Semeunacte commence aujourd’hui. J’ai la trouille !

Écrit Par Mohamed MOURAS

Devenez Fan Sur Facebook

J’ai besoin de vous. Cliquez ici et prenez 2 minutes pour remplir le questionnaire sur l’avenir de Semeunacte. Merci :-)

Cet article parait avant que je n’annonce la nouvelle à mes parents en ce moment en France. Pour commencer si vous le voulez bien, je répondrais aux critiques de ma mère… croyez-moi les pires critiques de mon blog ne sont absolument rien en comparaison de ma mère.

1. Non, je ne suis pas soudainement devenu stupide.

Enfin pas plus que d’habitude je veux dire ! Calme-toi Maman, ce sont les aléas des renouvellements de contrats. J’avais bétonné mon premier contrat mais quand on te propose un contrat inférieur (même de peu) pour cause de « restrictions budgétaires ordonnées d’en haut » ça commence à sentir mauvais.

2. Oui, je sais ce que « crise mondiale » veut dire.

Puisque je te dis que je ne suis pas tout d’un coup devenu idiot ! Oui je sais que je travaille probablement dans l’un des endroits (et spécialement l’un des pays) qui n’a quasiment pas souffert de la crise. Cependant pour ma défense je dirai…

Mon cul oui ! (pardon Maman !)

Je sais reconnaitre les symptômes d’une crise quand j’en vois. Et des « restrictions budgétaires ordonnées d’en haut » veut en réalité dire : « on a vraiment été super bon à couvrir le truc, vous ne trouvez pas ?! »

Pourquoi j’ai démissionné sans savoir où je serai l’année prochaine

Je ne vais pas m’en cacher, j’ai peur ! J’écris ces mots et je sens un léger tremblement dans mes doigts. Cependant j’ai appris une chose avec l’article suivant : Résultats du Concours Semeunlivre.fr – Comment J’ai Bien Pu Autant Merder ?. La transparence en blogging ça fait du bien à l’âme !

Je me dis : « vais-je passer pour un con, moi qui promeut l’expatriation depuis le tout premier article de SUA ? ». Je me dis aussi : « Tout le monde flippe pour son emploi et toi tu refuses de resigner un contrat qui contenait moins d’argent pour un loyer que de toute façon tu ne paieras pas… t’es con ma parole ! ».

Le problème réside dans l’APL local. En anglais on appelle cela « housing allowance ». Dans un contrat expatrié comme le mien, l’APL (pour faire simple) est payé par mon employeur.

Le fait est que j’ai signé en 2008 pour une certaine somme. Je n’ai jamais utilisé la totalité de cette somme. La maison que j’habite aujourd’hui ayant un loyer inférieur. Du moment que j’étais bien dedans, je ne m’en plaignais pas.

Pour mon renouvellement, j’ai exprimé le souhait de partir pour un appartement en complex. Les « complex ou compound » dans le golf mériteraient un article dédié… ce que je ferai un jour. En attendant sachez que c’est là que vivent tous ceux qui ont du pognon, croient qu’ils sont important et gâtent beaucoup trop leurs enfants.

Pourquoi aller vivre dans un tel environnement dans ce cas ? Pour ma femme et mon fils justement. Dans le Golf, il y a des points cruciaux à prendre en compte… surtout si vous êtes une femme. Ils pourront sortir se balader dans un environnement vert et sécurisant. Au jour d’aujourd’hui cette maison est plus luxueuse que l’appartement ET moins cher MAIS ma femme ne peut pas sortir sans prendre sa voiture.

Mes employeurs (Al Batinah International School est privé et appartient à une société privée je le rappelle) ont refusé de simplement laisser le contrat tel quel. Le motif ? Les nouveaux arrivants ont signé ce contrat… vous le signerez aussi !

J’ai démissionné

Je ne vais pas me la jouer « J’ai immédiatement claqué la porte ! ». Et pourtant ma première réponse fût :

1. Ne me dites pas quoi faire !

Il ne faut pas confondre la gestion d’une entreprise avec la direction de la vie de ses employés ! Si quelqu’un tente de vous diriger, c’est mauvais !

En résumé voilà le message : Ne me dites pas ce que je peux ou ne peux pas faire ! C’est viscéral mais le jeune con turbulent de 5ème C du collège Charles de Gaulles répond parfois au même stimuli que lorsqu’il avait 13 ans.

Je suis encore à un moment de ma vie où la phrase : « leave it or take it » (prends-le ou laisse-le) fait immédiatement appelle à la réponse : « Eh bien je pense que je vais laisser ! ». Fierté mal placée ? Bien souvent c’est le cas mais ici, voilà ma raison…

2. Ma famille d’abord !

En réalité la question à vous posez, c’est « je travaille pour qui ? » et seulement ensuite « je travaille pour quoi » ! N’oubliez jamais que votre premier employeur, c’est votre famille ! c’est d’eux que viennent les vrais remontrances et c’est à eux que doivent aller les vrais explications !

Ma femme est mère au foyer. Elle à la tâche la plus importante à mes yeux. Elle s’occupe de mon enfant ! Ma femme à exprimé le désir de ne pas travailler au moins pendant que notre enfant ne va pas en maternelle, j’ai acquiescé.

Quand cette même femme me dit qu’elle n’est plus heureuse dans la maison dans laquelle nous habitons, je considère qu’il est de mon devoir de faire mon possible pour la rendre heureuse.

Bon sang, je parle comme mon père ! Mais bon vous avez compris l’idée, je suis un peu vieux-jeu sur ma vision du couple et du mari qui subvient au besoin de sa famille. Mon père était ainsi, je le suis aussi !

Le bien-être de ma famille passe en priorité, ensuite vient…

3. Ma valeur

Je ne pense pas m’en être jamais caché. J’ai un sacré égo, un égo de ceux dont on construit les cathédrales… ou les mosquées…

Vous n’avez pas besoin d’être comme moi. Vous n’avez pas besoin d’avoir un gros égo pour comprendre que personne ne doit toucher à votre valeur SURTOUT PAS votre patron !

Quelque part en moi vit cette petite phrase : « si tu signes pour moins, c’est que tu vaux moins ! ».

Je n’ai jamais vraiment parlé de mon enfance sur SUA. Pour l’instant je n’ai pas envie que ça change. Cependant pour faire très court, je vais dire que j’ai galérer pour en arriver là où je suis aujourd’hui. J’ai plus galérer que certains, j’ai moins galérer que d’autres mais en définitive voilà ce qu’il ressort de ce point : toute insulte directe ou indirecte faite à ma valeur me fait vraiment CHIER !

4. La crise est passée par là !

Perso je dois bien avouer que cet argument ne me parle pas vraiment. Disons plûtot qu’il est censé me faire peur mais franchement ce n’est pas l’argument choc qui me fait faire des cauchemards et voilà pourquoi. Si vous lisez l’article suivant : Soyez Remarquable, Rendez-Vous Indispensable (Partie 1) vous comprendrez que les super-pouvoirs ne résident pas en le fait de vous donner du travail mais dans le fait de savoir se rendre irrésistible aux yeux des employeurs !

Sur une note plus TF1èsque, la crise a semble-t-il pris le rythme du pays en arrivant aux frontières. Tout doucement le matin, pas trop vite l’après-midi !

Les américains tirent toujours plus vite que leurs ombres, ce sont eux qui en ont bavé en premier (pas vrai Homer ?!). Les européens font tout comme les américains, ce sont eux qui en ont bavé en second. Le golf fait ce qu’il à toujours réussi à faire, tenter de (se) faire croire qu’il peut se passer des premiers zigoto et des second blaireaux MAIS au final toute l’histoire se résume par cette phrase :

Si tes acheteurs ont les poches vides et cessent d’acheter, un jour où l’autre toi le vendeur tu finis par en payer le prix !

Voilà donc ma première analyse économique faite sur SUA. Donc pour faire comprendre le message de manière plus directe :

Salut à toi TF1, comme tu l’as compris, je cherche du boulot à partir de septembre 2011. J’écris pas trop mal et surtout je suis polyvalent. Comme tu l’as vu en page d’accueil j’ai un sourire qui fait des ravages… surtout chez les plus de 77 ans.

Enfin comme aime à le répéter mon collègue américain : je suis « moralement flexible » (à 5000 par mois, je ne pose plus de questions, à 8000 par mois je défends VOS idées). Et je suis aussi « ethniquement flexible », si vous agrandissez la photo de la page d’accueil, franchement je peux passer pour un mexicain… me dites pas que vous avez déjà un mexicain dans vos équipes ?

Et à tous les critiques : quand un mec à la trouille pour sa famille et lui, qu’il ne sait pas dans quel pays il sera dans moins d’un an ET qu’il est en plus pas doué pour les CV ça donne ce que vous venez de lire :-)

Vous pouvez lire la suite de cet article ici : J’ai Fait Mon Coming-Out, Ma Mère Sait !

Et Vous, quand avez-vous démissionné pour la dernière fois ? Vous ne dirigeriez pas une école internationale par hasard ?

J’ai maintenant un service à vous demander : Si cet article vous a plu et si mes articles vous plaisent aussi, accepteriez-vous de leur donner un coup de main ?

Comment ? C’est bien simple, il y à différents moyens :

  1. Laissez un commentaire, j’adorerai avoir votre feedback
  2. Abonnez-vous à la NewsLetter pour recevoir gratuitement mon livre et mes articles.
  3. Retweetez l’article en haut à droite de l’article
  4. Partagez l’article sur Facebook et/ou Buzz en haut à gauche

J’ai besoin de vous. Cliquez ici et prenez deux minutes pour remplir le questionnaire sur l’avenir de Semeunacte. Merci :-)

Écrit Par Mohamed MOURAS

Devenez Fan Sur Facebook

Creative Commons License photo credit: Max Barñers