C’est une question qui revient souvent et j’ai pour habitude d’y répondre de manière assez brève. Cependant en matière de Leadership, il n’y a pas une seule et unique réponse. Tout va dépendre de votre personnalité et du style de Leader que vous êtes (ou que vous prônez). Ce n’est pas forcément quelque chose que je conseille, mais certains se donnent beaucoup de mal pour passer pour ce qu’ils ne sont pas.

J’y vois 3 soucis en particulier :

  • Chassez le naturel et il a tendance à revenir au galop
  • Lorsqu’il revient au galop, il est déchainé (et donc incontrôlable)
  • Acquérir le respect de ses pairs est (très) difficile, le perdre ne demande qu’une minute.

Alors, la question se pose depuis longtemps : tout le monde peut-il être un Leader ? Je vais citer Albert Einstein :

Si vous jugez un poisson par son habileté à grimper aux arbres, il y a de fortes chances qu’il se croit bête toute sa vie.

Oui je pense que tout le monde peut être un Leader, mais pas dans n’importe quelle situation, ni n’importe quelle condition. Au bureau, certaines personnes sont faites pour suivre et d’autres pour donner un chemin à suivre. Dans certaines associations, les Leaders des bureaux préfèrent suivre parce que ce n’est pas leur terrain et qu’ils ne s’y sentent pas légitimes. Le statut hiérarchique n’étant pas présent, ils s’y sentent plus ou moins à l’aise.

Donc voilà ma manière de voir les choses, tout le monde à le potentiel d’être ou de devenir un grand Leader. La cruelle vérité est pourtant la suivante : la plupart en ont peur et la grande majorité refusera toujours de prendre la responsabilité de ce pas en avant du fait de tout ce qu’il implique en matière de responsabilité. Avez-vous fait ce pas en avant ? Voici 12 moyens de le savoir.

  1. Vous voulez être différent… pour faire la différence

Je répète souvent : personne ne voit les gens gris ! C’est un peu direct, mais c’est véritablement ce que je pense de la vie. Si vous êtes comme tout le monde et que vous faites comme tout le monde, attendez-vous à une chose et une seule : la même chose que tout le monde.

En fait, voyez la vie comme une personne qui se tient devant une foule de 100 personnes et qui doit en choisir une. Si vous ne faites rien pour attirer son regard à vous, elle ne vous verra jamais, vous resterez noyés dans la masse.

  1. Vous êtes un insatisfait chronique

C’est une de mes grandes qualités… et l’un de mes énormes défauts. Je suis rarement satisfait de ce que je fais ou de ce que je vis. A cela deux conséquences radicalement opposées :

  • Je cherche toujours à améliorer les choses et je suis rarement satisfait du statu quo
  • Cette recherche perpétuelle fait que je me réjouis rarement des choses les plus simples. Cette quête fait que j’en veux toujours plus et toujours mieux.

Mon tout premier article de l’année faisait étalage de ce trait. Il n’y a qu’un domaine où ce défaut (qualité ?) m’ennuie vraiment, c’est dans le domaine familial. Sinon dans un contexte professionnel, j’en suis plutôt content. Il me permet de me dépasser et de faire aux autres qu’ils peuvent se dépasser.

  1. Vous avez une vision… quand d’autres ont des excuses

En plus de mon premier livre, j’ai pour habitude d’envoyer un email personnel à tous les nouveaux abonnés de ma NewsLetter. En substance, je demande souvent ce qui les amène et ce qu’ils veulent comme réponse en matière de développement professionnel et/ou personnel. Certaines réponses sont plus symptomatiques que d’autres.

Un homme m’a répondu dernièrement que ce qui lui manquait, c’était de l’argent. Cela m’a fait beaucoup réfléchir du fait que c’était la réponse d’un père de famille et non d’un « p’tit jeune ». Voilà un homme qui traverse la vie sans se rendre compte d’une chose évidente pour d’autres : personne n’a besoin d’argent, tout le monde a besoin d’un moyen de gagner de l’argent.

C’est ce changement de paradigme qui fait qu’on devient Leader de sa propre vie. Les gens qui veulent faire quelque chose trouvent un moyen, les gens qui ne veulent pas trouvent des excuses.

  1. Vous vous entendez souvent dire : « c’est impossible ! »

Et ma réponse à cette sentence est toujours la même :

Ce qui hier était impossible est aujourd’hui scientifiquement prouvé !

Ce que les gens entendent par « c’est impossible » peut souvent se comprendre des manières suivantes :

  • Personne ne l’a jamais demandé avant vous
  • C’est trop dur pour moi donc ça me ferait chier que VOUS vous réussissiez
  • Ça me demandera trop de recherches pour vous répondre
  • J’avais les mêmes buts que vous lorsque j’avais votre âge, mais la vie a cogné trop fort et je suis resté à terre

Bref, c’est vrai que c’est impossible… pour la personne qui prononce ces mots. Pour les autres, il y a toujours un chemin. Il est pentu, venteux, boueux, inexploré, inamical… mais il existe !

  1. Vous acceptez ce qui est, mais vous voyez ce qui pourrait être

Je l’ai appris de mon maitre en matière de Leadership, Jack Welch. Ces livres sont des trésors et je vous encourage vivement à les lire (je ne sais en revanche pas s’ils existent en Français). Bref pour cet homme, le cœur des Leaders porte toujours une vision de l’endroit où ils veulent arriver, où leurs équipes doivent arriver, où leurs entreprises doivent arriver.

Plus j’observe le comportement des grands Leaders et plus j’essaie de me mettre dans leurs peaux, plus j’en viens à comprendre que c’est une composante fondamentale du Leadership.

Je rajouterai peut-être une chose : ce qui différencie les bons Leaders des grands Leaders, c’est la capacité qu’ont les grands Leaders à faire voir leur vision à leurs collaborateurs… au travers de leurs yeux personnels. Certains appelleront ça l’enthousiasme communicatif.

  1. Vous savez que n’avez pas besoin d’un titre pour briller

La première fois que j’ai entendu (ou plutôt lu) ces paroles, c’était dans le livre : lead without a title de Robin Sharma. Ce livre est basé autour d’un seul concept : vous n’avez pas besoin d’un titre pour faire ce qui doit être fait. Et ce qui doit être fait peut s’exprimer de différentes manières :

    • Avoir de l’influence dans votre équipe
    • Avoir l’oreille des décideurs
    • Proposer de petites améliorations journalières
    • Proposer des améliorations significatives

Bref, vous n’avez pas besoin de titre pour faire la différence. Même si je finis en précisant que je sais très bien qu’effectivement les choses sont plus faciles quand vous n’avez pas à expliquer en long et en large en quoi vos propositions vont changer la donne.

  1. Vous prenez vos responsabilités

La suite est ici :

Êtes-Vous VRAIMENT Un Leader ? 12 Moyens De Le Savoir (2/2)

Au vu de ce que vous avez lu, pensez-vous être un Leader ? Voyez-vous d’autres qualités ?

Credit Photo : Wonderlane