IMPORTANT : Si vous souhaitez recevoir en avant-première mon nouveau livre sur la Gestion du Changement, merci de répondre à ce questionnaire en laissant votre mail à la fin.

J’ai eu l’occasion de faire un séminaire qui s’est très bien passé pour la semaine du développement il y a de ça quelques semaines. Il s’agissait de présenter mes idées sur ce qu’on appelle communément la gestion du changement ou encore la conduite du changement. Mon idée est qu’on se focalise beaucoup sur le point à atteindre, l’objectif en oubliant que parfois le chemin est aussi important que l’objectif.

En fait, il peut être aussi important et même plus mais ce n’est pas la première raison de son importance. La raison pour laquelle le chemin est aussi important c’est qu’à ne pas savoir par où commencer… on ne débute jamais. Viennent ensuite les étapes, qui si elles sont prises dans le désordre peuvent vous faire perdre des années. Je ne le sais que trop bien puisque j’ai perdu ces mêmes années.

Je prépare un livre sur la gestion du changement qui devrait sortir d’ici quelques jours. Je vous propose de le recevoir en avant première en répondant au questionnaire ici.

En attendant, je me suis posé la question de savoir ce qui fait qu’on n’accepte pas le changement, et il m’est apparu clairement sept raisons principales pour lesquelles nous refusons le changement.

Personne n’aime l’incertitude quant à savoir ce qui vient

C’est bien entendu l’une des premières raisons qui fait qu’on déteste le changement. On ne sait pas ce qui va venir et la vérité c’est qu’on ne souhaite pas vraiment le découvrir. Tony Robbins soutient que personne n’aime les surprises, tout le monde aime les surprises qu’il veut, le reste nous appelons ça des problèmes. C’est très vrai à mon sens.

Ne pas savoir ce qu’il y a à y gagner

Nous jouons tous pour deux raisons principales dans nos vies :

  1. Soit c’est pour ne pas perdre
  2. Soit c’est pour gagner

Il y a une différence fondamentale entre les deux. Jouer pour ne pas perdre revient à la jouer défensive. Ce sont les plus rétissants au changement. Jouer pour gagner implique quelque part de ce mettre en danger pour des bénéfices supérieurs bien entendu.

Ne pas être sûr que ce sera mieux

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras me répétait ma mère. Je ne sais pas trop bien si ce genre de maxime est vrai ou non mais je sais que si vous n’êtes pas préparés à avoir tort, à faire fausse route, à faire une partie du voyage dans le noir, alors vous resterez bloqués là où vous êtes aujourd’hui.

Avoir un sale historique avec le changement

Encore une raison légitime… on me rétorquera que toutes les autres aussi peuvent paraître tout aussi légitimes. Changer pour le meilleur n’est pas l’apanage de tout le monde. Certaines personnes ont déjà fait de grands changements dans leur vie et cela n’a pas suffit. Cela ne leur à pas amener ce qu’ils recherchaient. Effectivement dans un cas comme celui-ci il est dur de voir le changement d’un bon œil.

Avoir une personnalité hostile aux futurs incertains

Nous devons tous composés avec les plus et les moins de notre personnalité. C’est ce que j’ai appelé à plusieurs reprises « le socle ». Nous pouvons nous battre contre notre socle mais cela consomme une quantité absolument pharamineuses d’enérgie… pour des résultats la plupart du temps médiocre.

Je prône personnellement la méthode 80/20. Trouvez les 20% d’efforts qui apportent 80% de vos chiffres et vous verrez que vous ne vous batterez plus contre votre socle, vous vous baserez dessus.

Ne pas avoir confiance en les personnes qui imposent le changement

Le changement c’est maintenant disait un Hollandais… après tout on dit bien que les promesses n’engagent que celles et ceux qui y croient n’est-ce pas ? A part en politique, les changements imposés sont très souvent d’ordre professionnel. Ne pas avoir confiance en ses supérieurs est quelque chose de normal je pense, cependant cela créera immanquablement des  tensions quant au changement vécu dans votre entreprise.

Ne pas avoir confiance en ses capacités

C’est le problème numéro 1 mais comme il sous-tend tous les autres problèmes, j’ai préféré le mettre à la fin. Si vous n’avez pas confiance en votre potentiel, vous ne pouvez demander à personne de vous faire confiance en retour. Ce sera aussi un très grand soucis au moment de prendre la décision de vivre à fond le changement.

Henri Ford à dit : certaines personnes pensent qu’elles peuvent faire quelque chose, d’autre pensent au contraire qu’elles ne peuvent rien. En général, elles ont toutes raisons.

Et vous ? Quelle est votre raison de ne pas vous engager à fond dans les changements que vous vivez ?

IMPORTANT : Si vous souhaitez recevoir en avant-première mon nouveau livre sur la Gestion du Changement, merci de répondre à ce questionnaire en laissant votre mail à la fin.

 Credit Photo