Écrit Par Mohamed MOURAS

Suivez-moi sur Twitter

Dans une première partie, j’ai choisi de vous parler de l’histoire d’un de mes meilleurs amis. Une histoire qui l’a emmené d’être stagiaire chez le leader des équipementiers automobiles vers le statut d’ingénieur remarquable, indispensable même que les chefs ne voulaient soudainement plus voir partir. Vous pouvez lire l’article en question ici.

J’ai choisi de continuer avec ma propre histoire parce qu’a ma manière j’ai reproduit ce que Hamid avait fait. Dans son cas toute l’histoire était assez fortuite et pour ma part (j’en discute assez souvent avec Aurélien) je n’aime pas vraiment le risque et les surprises. J’aime savoir ce qui m’attend, voir même provoquer ce qui m’attend.

En 2007, j’ai eu l’occasion de passer un mois en Ecosse chez mon cousin. (Rabah si tu ne le sais pas, c’est toi qui a lancé toute la machinerie, encore merci). Edinburgh est tout simplement magnifique et en ce mois d’Août, je peux vous dire que nous étions aux anges avec ma femme. En effet Edinburgh accueille au mois d’août une sorte de grand festival international de musique dans ses rues. Du coup Princess Street devient pour un mois, un carnaval de couleurs et de sons en tous genres.

soyez remarquable rendez vous indispensable partie 2 princess street semeunacte

Ce mois se terminant, nous en sommes venus a la conclusion que c’était cela que nous voulions. Vivre a l’étranger et découvrir des cultures différentes de la notre.

Un Français en France…c’est commun

Lorsque vous sortez de France, votre première valeur, celle pour laquelle vous êtes immédiatement remarqués, c’est votre langue. Vous parlez un anglais « so frenchy » que les anglais (pas tous) adorent et vous faites la bise pour un oui ou pour un non. Vous êtes remarquable :-)

Nous avons commencé par vouloir enseigner notre langue maternelle, comme tous français qui se respecte. Or il nous fallait un diplôme pour cela. La Licence Information et Communication que nous avions en poche ne nous permettait pas de le faire.

Nous avons donc décidé de rentrer en France pour faire une Maîtrise Science du langage option Français Langue Etrange(re). Ca c’est le papier qui va bien pour dire au reste du monde que non seulement vous parlez français mais que vous n’êtes pas trop nul pour l’enseigner.

Un Français en Inde…ca se remarque

En cherchant un peu sur Internet nous sommes tombés sur le site www.fle.fr et ce site recense des tonnes d’offres d’emplois et de stages aux quatre coins du monde. Nous avons donc probablement dû envoyer plusieurs centaines d’email afin qu’une gentille dame Australienne et un méchant monsieur Français en Inde nous répondent.

Nous avons décidé de partir finalement pour l’Inde et cela pour deux raisons. Certains connaissent certainement mon attirance pour le bouddhisme, certains savent même que j’ambitionne de travailler pour le Dalai-Lama et d’être bien rémunérer pour cela. Je voulais voir la terre du Bouddha et l’Australie nous foutait la trouille a cause de leurs invasions de : sauterelles, grenouilles, insectes en tout genre (tous les ans c’est autre chose :-). A cote de cela, une gentille dame australienne ou un méchant français…vous choisissez quoi vous ? ;-)

soyez remarquable rendez vous indispensable partie 2 mohamed en inde semeunacte

Nous voila donc parti en Inde pour 6 mois dans lesquels j’ai appris BEAUCOUP de la gestion d’un boss ego-maniaque mais talentueux. Monsieur XXX (vous vous reconnaîtrez pas besoin de vous faire plus de mauvaise pub que vous ne vous en faites déjà vous-mêmes) si vous lisez un jour ces lignes sachez que vous m’avez appris beaucoup, la plupart du temps a l’insu de votre plein gré lol. En tant que fin observateur j’ai pu rapidement savoir ce qui faisait de vous un homme talentueux mais si peu aimé par ceux qui l’entoure…bref.

Pour la première fois j’étais remarquable

Lorsqu’on vit en France et qu’on est jeune diplômé on a tendance a croire deux choses :

  1. Nos diplômes ne valent pas grand-chose (cela vient du fait qu’on est noyé dans les mieux-diplômés)
  2. On se doit de quémander du travail pour pouvoir se faire un peu d’expérience.

Ces deux points de vue sont vrais…en France. Ailleurs les choses sont différentes. J’ai probablement compris plus vite que beaucoup de personnes que je n’étais pas fait pour « quémander » du travail. Fierté personnelle, adulescences qui se prolonge, va savoir. Le fait est juste que j’estimais être quelqu’un qui a tout a apprendre mais qui n’étais pas prêt a endurer le fait de laisser autrui lui dicter sa propre valeur.

En Inde les choses sont devenues complètement différentes. Oui j’étais toujours jeune et oui j’etais toujours inexpérimenté mais j’avais un avantage indéniable, il n’y en avait pas des millions comme moi, ni des milliers, ni des centaines et probablement même pas des dizaines. Que veux dire concrètement comme moi ? Français, de langue maternelle française, diplômés et habilité a enseigner le Français et prêt a travailler 7 jours sur 7 pour 417 euros/mois :-)

Croyez-moi dans ces conditions votre CV prend de la valeur et vous aussi ! Alors soyons clair, les conditions monétaires étaient MERDIQUES. Mon logement était fourni (un très bien) mais nous n’avions que ma bourse de 417 euros pour nous faire vivre a deux. Devinez quoi ? Nous vivions comme des rois, nous mangions tous les jours dans un voir deux restaurants différents. En 6 mois nous ne nous sommes jamais privés de quoi que ce soit. D’ailleurs je pense sincèrement que c’est une bonne idée de s’exporter pour pouvoir vivre avec moins, c’est ce que fait de temps a autre mon ami Aurélien de ReadMeImFamous.com, je vous conseille la lecture de son article, qui résume son projet en ces mots : Gagner de l’argent sur Internet, Parcourir le monde et Kiffer.

Cerise sur le gâteau, lorsque vous donnez dix euros (500 roupies) a une famille vivant sur un trottoir, vous pouviez être sur de ne jamais les revoir. Pourquoi ? tout simplement parce que vous venez de leur payer un voyage retour vers leur village natal. Ils étaient venus a la ville pour trouver un meilleur avenir pour leurs familles puis ont englouties leurs économies, ont bien vite déchantés puis se sont retrouvés coincés sur ce foutu trottoir. Jamais donner dix euros ne m’a fait autant de bien à l’âme, c’est un sentiment…vous savez quoi…ça se passe de mots !

Un Français en Oman, c’est indispensable

Avant même d’avoir fini mon stage, je fus remarquer par le ministère des affaires étrange(re)s. J’avais postuler sur une offre de www.fle.fr mais qui ne portait aucune mention du MAEE (Ministère des Affaires Etrangères et Européennes).

Deux jours après avoir atterris a Paris, je revenais a Paris pour faire mon entretien, je suis arrivé avec 7 heures de retard…devinez quoi ? 10 minutes après m’être platement excuser, voici comment la conversation a tournait :

soyez remarquable rendez vous indispensable partie 2 mohamed arc de triomphe semeunacte

Juste pour le petit mot j’ai visité Pondichéry a 18000 km de chez moi avant de visiter ma propre capitale :-)

  • Bon je vous le dit d’emblée pour moi, c’est vous que j’envois là-bas
  • Vous êtes sérieux ? Enfin je veux dire…vous êtes sérieux ?
  • Le MAEE ne rigole jamais, non je déconne on aime bien déconner par ici ;-)

J’ai compris au cours de nos nombreux contacts suivants que j’étais tombé sur quelqu’un de vraiment bien, Alain si tu lis ces lignes sache que je te suis infiniment reconnaissant pour tout ce que tu as fait pour ma femme et moi.

Voila comment je suis arrivé en Oman pour mon premier contrat. Ceux qui lisent habituellement mes propos se sont peut-être rendus compte que je ne suis pas friand des débats. Ce qui fait que je vais laisser toute l’histoire de mon premier contrat en Oman avec le MAEE dans le vague. Je ne dirais qu’une chose a propos de ce premier contrat, les conditions étaient insatisfaisantes…c’est le moins que je puisse dire ! Si vous êtes jeune lisez l’article  » Table Numéro 12″ de Jean-Philippe et dites-moi si il n’exprime pas le mal-être de toute notre génération. Si vous êtes moins jeune, lisez aussi l’article car il donne vraiment le ton de ce que les jeunes doivent aujourd’hui supporter. A savoir se fondre dans le moule ou…s’exporter :-)

Un Français à Sohar, c’est vital

Après relecture de mon article, je me suis rendu a l’évidence, cette série requérait une troisième partie, ce sera donc pour la semaine prochaine :-)

Mohamed MOURAS

Contactez-moi sur Facebook