J’ai eu la chance de me voir offrir le livre audio Steve Jobs de Walter Isaacson et lu par Lemmy Constantine. Outre le fait qu’il s’agit d’un livre fantastique, raconté par un homme avec une voix et un timbre tout particulier, ce livre est bourré d’anecdote sur le fondateur de Apple.

L’une des phrases qui m’a marqué est la suivante :

« si j’avais du mal à me lever pendant trop de jour d’affilé, je savais qu’il fallait que je change quelque chose ».

Et c’est pour moi, la seule et unique raison qui change tout. Si je n’ai pas de raison de me lever le matin, je n’arrive simplement pas à m’y tenir. J’ai pris l’habitude de me lever assez tôt pour écrire et/ou faire ce que j’ai à faire mais si je n’ai pas une bonne raison de me lever, le sommeil finit par l’emporter sur mes bonnes résolutions.

C’est Will Smith qui a dit :

Pendant que les autres dorment, je travaille
Pendant qu’ils mangent, je travaille

Loin de moi l’envie de travailler tous les jours et tout le temps mais il n’empêche qu’il a raison sur un point. Quand vous faites ce que vous aimez et que vous poussez un projet qui compte vraiment pour vous, dormir n’est plus aussi nécessaire qu’avant.

Vous avez toujours besoin d’un petit nombre d’heures minimum mais vous vous levez de meilleure humeur et en meilleure forme. En tous les cas, c’est ce que j’ai pu constater à de nombreuses reprises à travers mon expérience ou ce que je vois et/ou lit à droite et à gauche.

Je finirai sur l’une des phrases que j’aime à répéter aux gens qui s’occupent de mon manque de sommeil :

J’aurai tout le temps de dormir quand je serai mort ☺

Credit Photo